Skip to main content

PARIS : Le nombre de personnes en situation d’insécurité …

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
20 Jan 2024

Partager :

PARIS : Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a triplé en France depuis 2015

Selon l’Observatoire des vulnérabilités alimentaires de la Fondation Nestlé France publié en novembre dernier, le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a triplé en France depuis 2015 : 37 % des Français se déclarent en insécurité alimentaire (11 % en 2015).

C’est-à-dire qu’ils n’ont pas accès de manière régulière à une alimentation saine et suffisante. Et 36 % d’entre eux indiquent avoir un budget alimentaire en forte baisse, parce qu’ils doivent faire face à d’autres dépenses, contraintes, comme le logement ou l’énergie.

La solidarité est une valeur qui ne peut pas faire débat. L’État a lancé un « Pacte des solidarités », entré en vigueur en janvier 2024. En 2023, il aura débloqué 156 millions d’euros, et ce budget doit augmenter chaque année jusqu’en 2027, doublant les crédits d’aide alimentaire en trois ans. Le 3 septembre, à l’appel du président des Restos du Cœur, Aurore Bergé, ministre des Solidarités et des Familles, a aussi sollicité les entreprises. L’Ilec et ses adhérents ont répondu présents.

Une majorité des entreprises de l’Ilec se mobilisent depuis des années aux côtés des associations. Leurs partenariats s’intensifient et se diversifient selon les nécessités. Car les associations ont besoin de produits, de fonds financiers, mais aussi de compétences. Les entreprises, au travers du mécénat, peuvent apporter ce soutien, et elles le font de plus en plus, et sur le long terme.

Les deux univers s’imbriquent. Dans les entreprises, les salariés retirent de la fierté de l’engagement solidaire de leur employeur. Entreprises et associations développent ensemble des opérations de soutien, au-delà des dons d’invendus : les premières activent pour les secondes des productions supplémentaires de produits destinés au don, des opérations de produit-partage, des services d’accompagnement des personnes en précarités, prestations de socio-esthétiques ou ateliers de cuisine… La lutte contre la précarité est l’affaire de tous, et affaire de coopération.

SOURCE : ILEC – La Voix des marques