Skip to main content

PARIS : La baisse des taux se poursuit 

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
3 Avr 2024

Partager :

PARIS : La baisse des taux se poursuit 

Les infos à retenir.

  • Février et mars ont enregistré des baisses de 10 points
  • Les taux s’établissent en moyenne à 3,85% sur 20 ans et 4% sur 25 ans alors qu’ils étaient sur ces mêmes durées autour de 4,45%/4,60% en novembre 2023
  • Les banques offensives dans la conquête client

«Après une baisse de 40 points en janvier et des baisses de 10 points en février et mars, la baisse se confirme en avril avec des barèmes qui baissent de -0,15% en moyenne selon les profils et les durées. Pour la première fois, nous passons sous la barre de 4% pour la durée 25 ans. C’est un symbole fort d’autant que les banques sont prêtes à faire des efforts au-delà des barèmes affichés», explique Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.

Des marges interbancaires confortables et un taux d’usure totalement inutile

Le marché interbancaire s’est stabilisé avec pour le taux de référence (OAT 10 ans), un niveau depuis quelques semaines entre 2,60% et 2,90% mais toujours sous la barre des 3%. Dans ce contexte, les banques retrouvent un crédit immobilier rentable en prêtant autour de 100 points de base au-dessus des taux auxquels elles se financent.

«Concernant le taux d’usure réhaussé quant à lui à 6,39% au 1er avril, il illustre sa déconnexion totale avec la réalité des taux bancaires, (rappelons qu’il est censé protéger les Français contre les hausses des taux des banques…), or, il est ici à nouveau en hausse alors que les barèmes baissent depuis maintenant 4 mois ! Une belle preuve de son inutilité», commente Maël Bernier.

La reprise est encore timide : une opportunité pour les futurs acquéreurs

«Si les baisses des taux sont bel et bien là, la reprise est encore timide même s’il est vrai que la demande augmente de mois en mois et que la tendance est donc positive. En effet, la re solvabilisation des ménages grâce à la baisse des taux est déjà d’actualité et les positions commerciales agressives des banques permettent aux acheteurs d’avoir accès à un large choix de solutions de financement», conclut Maël Bernier.