Skip to main content

PARIS : Jean-Luc GINDER : « Crise de la croissance en Fra…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
8 Jan 2024

Partager :

PARIS : Jean-Luc GINDER : « Crise de la croissance en France en 2024 »

Il faut prendre de la hauteur dans cette période très tourmentée pourtant l’analyse économique nous porte aux observations suivantes.

La pauvreté s’installe et augmente touchant de plein fouet les plus précaires.

Par principe une croissance faible voire une panne de croissance bloque l’accès à l’emploi aux nouveaux arrivants sur le marché. Il est donc urgent et nécessaire de créer des emplois.

Cette crise s’amplifie à grande vitesse. Nous sommes face à une double crise, crise du logement, crise de la construction.

Crise de la croissance en France en 2024La France est entrée dans une période de déflation selon les derniers chiffres de l’INSEE, après une période de quatre ans de mode inflation. Le recul de l’inflation est la conséquence du remède choc infligé à l’économie française par la Banque Centrale Européenne. Le taux à 4,5% a provoqué un ralentissement économique induisant une crise de la croissance. Une crise de la croissance entraîne une hausse du taux de chômage, une perte d’emploi rime avec perte de revenu et donc diminution des dépenses. De là, la croissance des entreprises ralentit ou devient négative dans certains cas.

Au travers de la période inflationniste, les Français ont subi une nette baisse de leur pouvoir d’achat et ce, malgré certaines hausses de salaire. Pour 2024, les inquiétudes persistent. Les Français sont inquiets et se voient contraints de restreindre les dépenses du poste alimentaire. Il faut savoir qu’en 2023,1 Français sur 2 a réduit la fréquence ou la qualité de ses repas, se tournant de plus en plus vers des produits à prix bas. On ne peut ignorer non plus le nombre croissant de personnes ayant recours aux banques alimentaires. Les Français sont très inquiets et les restrictions imposées sur le poste alimentaire doivent compenser les dépenses mensuelles fixes, loyers, énergie, crédits qui pèsent sur le budget.

La pauvreté s’installe et augmente touchant de plein fouet les plus précaires.On en est arrivé au point ou l’acte de moins consommer pour réduire ses frais est d’actualité, la vague des « dévendeurs » est arrivée. A tel point que la honte de devoir voler est allée sur le terrain de la honte de consommer. L’ère de la surconsommation de masse est en voie d’être raisonnée par la réalité des 13% d’inflation cumulée, et les 20% d’inflation alimentaire. Nous avons tous perdu du pouvoir d’achat en France, seuls les récipiendaires du SMIC (Salaire Minimum de Croissance) l’ont maintenu sachant que leur salaire est faible à la base. Nous voilà tous contraints à des arbitrages de consommation.  Malgré nos 82 ans d’espérance de vie en moyenne, nous serons forcés à des efforts supplémentaires en 2 024. Nous nous orientons vers un mode de vie différent dicté par les problématiques de croissance et de monnaie.

Le bilan est que nous ne sommes pas sortis de la crise actuelle : l’inflation baisse car le coût des énergies baisse et que le monde est en ralentissement de croissance.Le problème humain qui se pose et que nous devons poser en urgence lors de nos choix de société est la protection des plus fragiles. 9 millions de personnes modestes en France vont être confrontées au problème du chômage et à ses conséquences dramatiques. J’entends avec amertume les cris mensongers de victoire économique. Les messages optimistes de notre actuel Ministre de l’Economie ne peuvent pas cacher les 3000 milliards d’euros de déficit ( environ 40 000 € par français) , 110% du PIB. Nous sommes déjà dans le mur avec la hausse du chômage et la baisse de la consommation.

La loi de finance de 2024 indique un déficit de 143 milliards pour boucler le budget. Rapporté au budget d’un ménage, c’est 3000 euros de recettes pour 5000 euros de dépenses. Notre pays a augmenté sa dette de 2000 milliards d’euros en 20 ans incluant un déficit du commerce extérieur de 160 milliards. En 2 024, la charge de la dette sera le premier budget de la France. Le constat est que la France est en état de récession. Nous en ressentirons les effets dès janvier.

Par principe une croissance faible voire une panne de croissance bloque l’accès à l’emploi aux nouveaux arrivants sur le marché. Il est donc urgent et nécessaire de créer des emplois.La France a pourtant choisi de rendre au travers de la nouvelle réforme les prestations chômages plus courtes, plus faibles, pour alléger les coûts impactant les caisses de l’Etat et inciter les chômeurs à prendre tout emploi proposé en phase ou non avec la formation des demandeurs. Une forme de volonté d’un retour au plein emploi. La France va créer des travailleurs pauvres et précaires sans protection sociale. Il s’agit d’une attaque de notre système social.Le pays est en quasi-incapacité de créer de l’emploi. Il y aura moins de protection sociale, donc une augmentation de la précarité et de la pauvreté.Des chiffres optimistes et des statistiques encourageantes cachent la réalité.Pour exemple un cadre français au chômage pourra être chauffeur VTC (Véhicule de Tourisme avec Chauffeur) ou basculer au RSA (Revenu de Solidarité Active).   D’un point de vue humain on est loin de l’esprit de fraternité si précieux à la France.La folie du système français a enclenché la grave crise du logement, qui elle en plus du chômage et des emplois pauvres plombera l’économie française en 2024.La crise du logement est une crise qui inquiète le monde politique et patronal.Dans la société française, il y a des Français qui ne se logent pas et d’autres qui ne pourront plus se loger. Il y a des Français qui ont un emploi, qui attendent un logement social sans l’obtenir au regard des durées d’attente, il y a des Français qui dorment dans la rue ou dans leur voiture. Il y a des enfants sans foyer. Indécence. Terrible réalité.

Cette crise s’amplifie à grande vitesse. Nous sommes face à une double crise, crise du logement, crise de la construction.

C’est donc une situation tangible et inquiétante au niveau social qui se dessine pour 2024. Une irradiation qui peut devenir incontrôlable d’un point de vue social, nourrissant de fait la vitesse de déclassement.Le parcours résidentiel s’est grippé. Le cheminement au cours des générations précédentes qui consistait à être locataire, et ensuite accédant à la propriété est bloqué. A la fin de sa vie professionnelle on pouvait se sentir protégé par son bien et vivre sa retraite plus sereinement. Aujourd’hui, la mobilité au sein du logement social est moindre entraînant par inertie l’accélération du chômage. Le résultat en est le déclassement.

Ce sont les ingrédients d’une bombe sociale pour l’année à venir.

Jean-Luc Ginder

Economiste