Skip to main content

PARIS : Gabriel ATTAL : « Le dérèglement climatique, le d…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Gabriel ATTAL : « Le dérèglement climatique, le défi de ma génération et notre défi »

Le dérèglement climatique est une menace existentielle.

Ce sont des températures extrêmes qui deviennent la norme, des catastrophes naturelles qui se multiplient, un impact sur nos quotidiens, notre santé, la qualité de l’air et de l’eau. Ce sont aussi des bouleversements géopolitiques majeurs que nous touchons à peine du doigt.

« Alors répondre au dérèglement climatique, c’est le défi de ma génération et notre défi à toutes et tous. Depuis 2017, sous l’autorité du Président de la République, nous avons agi comme aucun Gouvernement avant nous. Nous avons pris des décisions fortes, investi à des niveaux historiques pour la transition écologique. Nous nous sommes dotés, aussi, d’une stratégie complète pour baisser nos émissions, restaurer la biodiversité et nous adapter : la planification écologique. Cette planification écologique, nous sommes le premier grand pays industriel à l’avoir appliquée. Aujourd’hui, surtout, et c’est notre fierté : les résultats sont là.

Les émissions de gaz à effet de serre, qui ne baissaient que de 1 % par en an en moyenne entre 2012 et 2017, ont diminué de 5,8 % l’année dernière. C’est 6 fois plus et cela nous met sur la bonne trajectoire pour atteindre nos objectifs en 2030. Sous la précédente majorité, entre 2012 et 2017, l’utilisation des pesticides a augmenté de 20%. Nous avons inversé la tendance : l’usage des produits phytosanitaires a diminué de 15 % depuis 2017 et l’usage de produits les plus dangereux de plus de 95 %. Par le passé, on pensait que le parc de véhicules électriques serait toujours réservé à un petit nombre de privilégiés. Nous avons réussi à le débloquer : en 2017, les véhicules électriques représentaient moins de 2 % des nouvelles immatriculations des particuliers, c’est un quart aujourd’hui.

Et grâce à des mesures comme le leasing à 100 euros par mois, nous rendons la voiture électrique accessible y compris aux plus modestes. Ces résultats prouvent que l’action paie. Ils montrent que lorsque certains se contentent de grands mots, nous, nous préférons avoir de vrais résultats. Aujourd’hui, nous voulons continuer en bâtissant une « écologie à la Française », c’est-à-dire une écologie populaire pour les Français, avec les Français et au service des Français. Nous ne laisserons personne sans solution, personne sur le bord de la route, personne bloqué. Plus encore, l’écologie sera synonyme de réindustrialisation et d’emplois créés.

Plus encore, elle sera synonyme de mieux vivre. Plus encore, elle sera synonyme d’opportunités. Et c’est ensemble que nous réussirons à bâtir cette transition écologique : Etat, collectivités et entreprises. Par essence, la transition écologique est locale, et les COP régionales, menées notamment par le ministre Christophe Béchu, nous permettent de nous appuyer sur les projets et les initiatives des territoires, qui ne nous ont pas attendu pour agir. D’ores et déjà, plus des deux tiers des collectivités ont engagé des diagnostics depuis l’automne dernier : c’est colossal. Nous allons maintenant en débattre, et en faire des plans d’action, ensemble, au service des territoires. La transition écologique avance. Nous ne lâchons rien. Et c’est ensemble que nous réussirons. »
Gabriel ATTAL Premier ministre.