Skip to main content

PARIS : Faire de la transition énergétique une opportunit…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
25 Nov 2023

Partager :

PARIS : Faire de la transition énergétique une opportunité de réindustrialiser la France

À l’occasion de sa 2e Rencontre nationale à Bercy, Je-decarbone s’impose comme le dispositif référence pour faire de la transition énergétique une opportunité de réindustrialiser la France.

500 experts de la décarbonation s’étaient donné rendez-vous hier à Bercy, en présence d’Agnès Pannier-Runacher, Ministre de la Transition énergétique et de Roland Lescure, Ministre délégué chargé de l’Industrie, pour la 2e Rencontre nationale Je-decarbone.

Lancé il y a un an, Je-decarbone s’est imposé comme le dispositif référence pour la mise en relation entre industriels engagés dans la réduction de leur empreinte carbone et offreurs de solutions technologiques et financières.

Cette dynamique pragmatique, fédératrice et proche du terrain s’est incarnée le 22 novembre autour de trois temps forts :

Le partage des feuilles de route des différentes parties prenantes : l’État avec la planification écologique, les financeurs publics et privés, les industriels de toute taille;
La présentation de 64 solutions technologiques matures sur les leviers de décarbonation et d’efficacité énergétique;
L’organisation de plusieurs centaines de rendez-vous B to B.

La transition énergétique : une opportunité de réindustrialiser la France

La planification écologique organisée par l’État français pose un cap et un cadre pour décarboner l’industrie. Les stratégies de décarbonation de la chaleur, d’électrification des process, de production d’hydrogène bas carbone et de capture de CO2 devraient permettre de renforcer les infrastructures énergétiques pour accompagner aussi bien la décarbonation des 50 sites les plus émissifs que le tissu diffus. Les investissements à opérer sont majeurs, ils doivent être l’occasion de développer une industrie française et européenne de la décarbonation.

Le Comité stratégique de filière Nouveaux Systèmes Énergétiques (CSF NSE) dont la mission est de faire de la transition énergétique une opportunité de réindustrialiser la France réunit l’État et les parties prenantes industrielles et associatives pour mettre en place les coopérations et les actions pour développer l’industrie française de la décarbonation.

« Une mobilisation générale, partout en France, sera nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques ambitieux que nous nous sommes fixés. La plateforme Je-decarbone est un atout dans ce combat contre le changement climatique, pour la réindustrialisation de notre pays et pour la création d’emplois locaux. Je salue cette initiative qui réunit offreurs et demandeurs de solutions pour accompagner les industriels dans leur décarbonation, et pour les aider à activer des leviers immédiats d’économies d’énergie.

Une condition clé du succès de notre stratégie climatique et énergétique sera l’accès aux compétences. C’est pourquoi, avec Roland Lescure, j’ai demandé au CSF NSE d’identifier les 100 métiers qui concourent à la transition énergétique et à la décarbonation. Plus que jamais, nous devons les rendre visibles pour que nos jeunes s’engagent dans ces filières d’avenir. »

Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique

« La décarbonation de l’industrie française peut être une formidable opportunité de réindustrialisation, en offrant à nos équipementiers et à nos ingénieries un marché national exceptionnellement dynamique, qui, je le souhaite, peut devenir le point de départ d’une expansion mondiale. Pour concrétiser cet objectif, Je Décarbone.fr joue un rôle clé : véritable « Tinder de la décarbonation », il assure, dans tous les territoires, le « match » des industriels en décarbonation et des fournisseurs de solutions.

Ainsi, il garantit que la décarbonation de l’industrie française se fera avec des technologies françaises et européennes. Un an après son lancement à Bercy, la démarche a déjà plus que prouvé sa pertinence et son efficacité : elle est devenue un outil clé de notre politique industrielle verte. Je félicite le Comité stratégique de filière Nouveaux Systèmes Énergétiques et je me réjouis qu’il s’engage avec la même détermination autour de l’enjeu clé des compétences, à travers la remise à Agnès Pannier-Runacher et moi-même, ce jour, de la liste des 100 diplômes des métiers de la transition ».
Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie

« Avec Je-décarbone, nous disposons d’un dispositif concret, à la fois numérique et humain, qui nous inscrit dans une dynamique d’accélération de la décarbonation de l’industrie et des territoires. Je remercie l’ensemble de nos partenaires qui s’engagent au quotidien à faire de la transition énergétique une opportunité de ré-industrialisation de notre pays et me réjouis du succès de ces rencontres nationales conçues pour ce faire. Nous marquons également une étape importante avec la mise en visibilité des 100 diplômes qui conduisent aux métiers de la décarbonation sur le site de l’ONISEP ».
Sylvie Jéhanno, co-Présidente du CSF Nouveaux Systèmes Énergétiques et PDG de Dalkia

« Développer les synergies, déployer les solutions à grande échelle, simplifier la mise en œuvre des projets… La coopération est un facteur déterminant pour la transition énergétique. Je me réjouis que la communauté Je-decarbone grandisse, approfondisse ses travaux, que cette journée ait permis autant d’échanges et soit un succès. »
Stéphane Michel, co-Présidente du CSF Nouveaux Systèmes Énergétiques, Directeur Général Gas, Renewables and Power – TotalEnergie

Je-decarbone : rappel des cibles, des objectifs et du socle

Les cibles
Je-decarbone s’adresse aux industriels à la recherche de solutions d’efficacité énergétiques ou financières et à leurs partenaires (cabinets de conseil, équipementiers, intégrateurs, opérateurs financiers…)
Les objectifs
Embarquer directement et indirectement chaque année 10 000 industriels ayant un projet de décarbonation. Le « Tour de France de la décarbonation » est en route : après la Nouvelle Aquitaine, les Hauts-de-France, les régions Sud et Grand Est en 2023, Je-decarbone ira à la rencontre des industriels d’AURA, du Centre-Val de Loire et d’Occitanie en 2024. Chacun de ces évènements réunit en moyenne 250 industriels.

Le socle : une approche partenariale

« Je-decarbone s’appuie sur une forte mobilisation collective : les membres fondateurs – CSF NSE, CEA, Alliance ALLICE, ADEME, Ministères de l’Industrie et de la Transition énergétique – ont été rapidement rejoints par 13 entreprises qui constituent désormais notre équipe pilote et maintenant 38 associations qui s’investissent dans les démarches. Nous pouvons également compter sur de nombreuses organisations, publiques et privées, qui impulsent le mouvement dans les filières et sur les territoen ires. » indique Aurélie Picart, déléguée générale du CSF Nouveaux Systèmes Énergétiques.

Un besoin clé de compétences techniques, scientifiques et industrielles qui appelle une mise en visibilité des métiers de la transition énergétique.

Les industriels de la transition énergétique se heurtent chaque jour à des tensions en matière de recrutement, alors même que les jeunes et les moins jeunes appellent de leurs vœux une accélération de la lutte contre le dérèglement climatique.

C’est la raison pour laquelle les ministres Agnès-Pannier-Runacher et Roland Lescure ont demandé en mai dernier au CSF Nouveaux Systèmes Énergétiques de travailler à une meilleure identification de ces métiers. Sylvie Jehanno, co-Présidente du CSF Nouveaux Systèmes Énergétiques, a remis formellement à l’occasion de cet anniversaire une liste des 100 diplômes des métiers de la transition énergétique du niveau CAP au Bac +3.

On y retrouve par exemple le BAC Pro technicien en chaudronnerie industrielle ou le BUT en génie électrique et informatique. Dès janvier 2024, les supports de l’ONISEP distingueront ainsi ces 100 métiers à travers un référencement spécifique et un label de communication associé.

Tout comme Je-decarbone, cette action est le fruit d’un travail partenarial, associant ici les campus des métiers et des qualifications ‘transition énergétique et éco-industrie’ et les principales associations du secteur de la transition énergétique.