Skip to main content

PARIS : Enquête IFOP – Les Français à l’épreuve des…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
25 Mar 2024

Partager :

PARIS : Enquête IFOP – Les Français à l’épreuve des deepfakes

Le biceps présidentiel a-t-il été artificiellement gonflé ?

C’est ce que croient depuis la semaine dernière de nombreux internautes scrutant les muscles saillants et veines gonflées d’Emmanuel Macron boxant un sac de frappe. Si la photographe officielle de l’Elysée, autrice du cliché, a balayé ces doutes, la suspicion est là. Et nul doute qu’elle trouve en partie sa source dans la multiplication des deepfakes, ces images et vidéos ultra-réalistes générées par l’intelligence artificielle.

Qu’ils soient créés à des fins ludiques ou de désinformation, ces contenus basés sur le détournement d’images et de voix inquiètent de plus en plus. Demain 26 mars, une commission mixte de sénateurs et de députés se réunira d’ailleurs afin d’étudier le projet de loi visant à sécuriser et réguler l’espace numérique (SREN), qui contient plusieurs articles consacrés à la lutte contre les deepfakes, notamment lorsqu’ils ont un caractère pornographique.

Les Français sont-ils au fait de ces technologies ? Pensent-ils pouvoir détecter le vrai du faux ? Jugent-ils ces utilisations de l’IA moralement acceptables ? En ont-ils peur pour eux-mêmes et la démocratie ? C’est afin de répondre à ces questions que le site Alucare.fr et l’agence spécialisée en data FLASHS ont confié à l’IFOP le soin d’interroger plus de 2 000 de nos concitoyens.

Les chiffres clés

69% des Français ont entendu parler des deepfakes ;

33% se sentent capable de détecter une image générée par l’intelligence artificielle ;

Sur 5 images, toutes créées artificiellement, 94% des personnes interrogées ont cru à la véracité d’une au moins ;

57% des Français craignent d’être eux-mêmes victimes de deepfakes et 13% des moins de 25 ans disent que cela a déjà été leur cas ;

62% des répondants redoutent que les deepfakes perturbent la prochaine élection présidentielle.

Lire l’étude