Skip to main content

PARIS : Élisabeth BORNE, Première ministre

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
26 Nov 2023

Partager :

PARIS : Élisabeth BORNE, Première ministre

Le président de la République a décidé de faire de l’égalité entre les femmes et les hommes la grande cause de ses quinquennats.

Élisabeth BORNE Première ministre

Le Président de la République a décidé de faire de l’égalité entre les femmes et les hommes la grande cause de ses quinquennats. Ce combat, je l’ai porté à toutes les étapes de mon parcours, j’y tiens et avec mon Gouvernement, nous agissons partout où c’est nécessaire. Au cœur de nos ambitions se trouve la lutte contre les violences faites aux femmes. Celles-ci peuvent avoir lieu partout et notamment dans les transports en commun, où la quasi-totalité des femmes, 9 sur 10, déclarent avoir déjà subi des agressions verbales ou physiques. Ce sont parfois des insultes, des sifflements, du harcèlement, jusqu’à des agressions sexuelles et des viols.

Cette situation est massive, grave, intolérable. Je veux le dire clairement : nous devons garantir à chaque femme le droit de prendre les transports en commun dans la tranquillité, en sécurité. Nous ne pouvons pas accepter que des femmes aient peur dans les transports en commun voire s’abstiennent de les prendre à certaines heures. Des mesures ont été prises pour améliorer la situation, et je veux saluer la mobilisation des services de l’État, des collectivités locales et des opérateurs de transport. L’arrêt à la demande des bus, le renforcement des patrouilles de sécurité dans les gares et les stations ou la multiplication des caméras sont autant des initiatives importantes et utiles. Mais pour lutter efficacement contre ce phénomène, je suis convaincue qu’il faut mener un travail plus profond, pour faire évoluer les mentalités et que chacun prenne conscience de l’ampleur du combat à mener.

Cette campagne de sensibilisation répond justement à cet objectif : provoquer un sursaut collectif. Je salue la mobilisation du ministre Clément BEAUNE, qui est à l’initiative du comité d’action contre le harcèlement et les violences sexuelles et sexistes dans les transports, et à l’origine de cette campagne. Conçue avec le tissu associatif, la RATP et la SNCF, elle permet non seulement de rappeler les sanctions encourues, mais aussi de faire connaître les gestes à accomplir lorsque l’on est victime ou témoin d’une agression. La lutte contre ce phénomène est l’affaire de tous les usagers. Face aux violences, ne restons pas les yeux rivés sur nos téléphones. Ne faisons pas croire que nous ne voyons rien. Au contraire, levons les yeux et réagissons.