Skip to main content

PARIS : « Économies de 10 milliards d’euros », de C…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
25 Mar 2024

Partager :

PARIS : « Économies de 10 milliards d’euros », de Charles de COURSON

Le gouvernement a récemment révélé que le déficit public excédera les 5% du Produit Intérieur Brut (PIB) pour l’année 2023, dépassant ainsi l’estimation initiale de 4,9%.

Cette révision à la hausse suscite des inquiétudes quant à la gestion financière future du pays, d’autant plus que la Cour des comptes a souligné que, parmi les principales économies de la zone euro, la France serait le seul État à ne pas parvenir à réduire son déficit sous la barre des 3% d’ici 2026.

Cette dette est la conséquence de la politique du carnet de chèques ! Face à cette surenchère financée par l’argent des contribuables, il est temps de retrouver la raison et, pour éviter une nouvelle aggravation des prélèvements obligatoires, de mener une politique d’économies structurelles afin de ramener nos dépenses publiques à un niveau soutenable. Il en va de la pérennité de notre modèle d’action publique et de solidarité nationale.

Notre mouvement, Les Centristes, alerte depuis des années sur l’état des finances publiques, Charles de COURSON, Député Les Centristes de la Marne (51), l’a d’ailleurs rappelé récemment : “La situation dans laquelle vous avez mis notre pays exige des économies mais elles doivent être ciblées, pesées et votées par le Parlement, pas décidées sur un coin de table à Bercy ! Quand allez-vous présenter un budget rectificatif et cesser de contourner le Parlement ?”

→ Lire la vidéo

Face à la réponse précipitée du Gouvernement annonçant un plan de 10 milliards d’économies, il semble que les collectivités locales soient particulièrement visées, bien qu’elles contribuent à hauteur de 70% à l’investissement public tout en ne représentant que 8% de la dette publique.

Attaquer les collectivités locales serait un très mauvais signal, d’autant plus que la DGFiP a récemment publié son rapport, démontrant que les communes et les intercommunalités affichent des indicateurs financiers positifs. Seule la situation des départements suscite cependant des inquiétudes, avec une diminution notable de leur épargne brute. »On constate une contraction forte de l’épargne brute des départements. Comment le Gouvernement compte accompagner ces départements, notamment quand c’est l’Etat qui décide d’augmenter fortement le point d’indice sans concertation avec les collectivités locales ? » Jean-Michel ARNAUD

SOURCE : Les Centristes