Skip to main content

PARIS : Donner son sang, pourquoi et comment ?

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
17 Avr 2024

Partager :

PARIS : Donner son sang, pourquoi et comment ?

Selon l’Établissement français du sang, un million de personnes sont soignées chaque année, en France grâce au don du sang.

Pour parvenir à ce chiffre, 10 000 dons de sang quotidiens sont nécessaires, sachant qu’ils sont soumis à certaines conditions.

Selon les chiffres publiés en juin 2022 par Santé Publique France, près de 3 millions de dons de sang sont effectués chaque année en France par environ 1,6 million de donneurs. Ces dons permettent de recueillir, selon le site du Service public, « trois composants essentiels pour fabriquer des produits sanguins pour les malades : globules rouges, plaquettes et plasma ». Il est aussi possible de donner uniquement le plasma, qui permet la transfusion ou la fabrication de médicaments, ou les plaquettes qui servent à soigner certains cancers, la leucémie notamment.

Les critères pour donner son sang

Aujourd’hui, le don du sang est ouvert aux personnes qui ont entre 18 et 70 ans. Il est nécessaire d’être en bonne santé et de peser a minima 50 kilos. À noter que l’orientation sexuelle ne figure plus parmi les critères : depuis mars 2022, le don du sang est ouvert aux homosexuels sans conditions. La loi précise que certaines contre-indications médicales ou situations peuvent néanmoins empêcher une personne de donner son sang. Les femmes enceintes, les personnes ayant subi une transfusion et/ou une greffe, celles susceptibles de transmettre une bactérie ou un virus par le sang ou celles qui pourraient transmettre une infection virale par la voie sexuelle ne sont pas admissibles.

Le déroulé du don

L’Établissement français du sang répertorie tous les espaces où il est possible d’effectuer un don dans l’Hexagone. Le don du sang se déroule ensuite en trois étapes. Avant le prélèvement, le donneur remplit un questionnaire et se soumet à un entretien préalable pendant lequel le corps médical détermine si son état de santé lui permet de donner son sang. Le sang est ensuite prélevé avec un matériel stérile à usage unique. Puis le donneur est invité à se reposer quelques minutes et à profiter d’une collation offerte par l’organisme de prélèvement, avant de rentrer chez lui. En cas d’anomalie dépistée dans son sang, l’équipe médicale le recontacte immédiatement.

Les sangs rares

Parmi les groupes sanguins existants, il en est certains qui sont appelés « sangs rares »  car possédés par moins de quatre personnes sur 1 000 dans la population. Si vous avez des ancestralités d’Afrique subsaharienne, de la Caraïbe ou de l’océan Indien, vous avez peut-être un groupe sanguin rare. Selon l’Établissement français du sang, il n’existe par ailleurs « pas d’autres groupes sanguins compatibles pour transfuser ces patients ». Aussi, ces sangs sont particulièrement recherchés par les organismes préleveurs, notamment pour soigner la dépranocytose, une maladie du sang qui demande des transfusions périodiques et concerne surtout des personnes d’origine africaine.

SOURCE : La Newsletter de votre Caf n°117 – Avril 2024