Skip to main content

PARIS : Diversidays – Top 10 des idées reçues qui e…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
16 Jan 2024

Partager :

PARIS : Diversidays – Top 10 des idées reçues qui empêchent de se reconvertir dans le numérique

Les opportunités d’emplois dans le secteur numérique sont en constante expansion, et les besoins en talents se multiplient à un rythme vertigineux : sur les cinq dernières années, le secteur du numérique a créé en moyenne 25 000 emplois par an.

De la création d’un jeu vidéo au développement d’un site internet, de la conception de capteurs intelligents à la programmation de robots, de la sécurisation des données informatiques d’une entreprise à la gestion de projet : les possibilités sont infinies dans le secteur du numérique ! Ce sont plus de 800 métiers, principalement techniques et scientifiques mais qui concernent d’autres fonctions telles que le management, la création graphique, le commerce, la recherche…

Alors que le secteur souffre d’une pénurie de main d’œuvre, nombreux sont ceux qui n’osent pas postuler aux emplois dans le numérique ou se former aux nouvelles compétences à cause d’idées reçues.

Voici le top 10 des idées reçues :

1.      « Je suis trop vieux pour me lancer dans le numérique. » En réalité, le secteur du numérique valorise la diversité des expériences. De nombreuses personnes entament une reconversion dans ce domaine à différents stades de leur vie professionnelle.

2.      « Le numérique, c’est seulement pour les experts en informatique ou en codage. » Le secteur du numérique est vaste et diversifié, offrant des opportunités dans le design, la gestion de projet, le marketing digital, la cybersécurité, etc. Il ne se limite pas uniquement au codage.

3.      « Il est indispensable d’avoir un diplôme spécifique pour travailler dans le numérique. » De nombreuses entreprises du numérique se concentrent davantage sur les compétences et l’expérience pratique que sur les diplômes. Les autodidactes et les personnes avec des formations diverses sont souvent bien accueillies.

4.      « Les femmes ne réussissent pas dans le domaine du numérique. » C’est une idée fausse ! Les femmes apportent une grande valeur ajoutée au secteur du numérique. De plus en plus d’initiatives visent à promouvoir la diversité et l’inclusion des femmes dans ces métiers.

5.      « Travailler dans le numérique signifie passer toute la journée derrière un écran. » Le numérique offre une grande variété de postes qui impliquent des interactions avec des équipes, des clients, et des projets diversifiés, ce qui peut limiter le temps passé devant un écran.

6.      « Je n’ai pas les compétences techniques requises pour travailler dans le numérique. » Il existe de nombreuses ressources en ligne et des programmes de formation accessibles pour développer les compétences techniques nécessaires. De plus, de nombreuses compétences non techniques sont également très valorisées.

7.      « Le numérique n’est que pour les personnes habitant les grandes villes ou les régions technologiquement avancées. » Avec le travail à distance de plus en plus répandu, de nombreuses entreprises du numérique offrent des opportunités de travail à distance, ce qui élargit les horizons géographiques pour les emplois dans ce domaine.

8.      « Seuls les jeunes peuvent réussir dans le numérique. » La créativité, l’expérience et la diversité des perspectives sont valorisées dans le secteur du numérique, quel que soit l’âge. De nombreux expert·es du numérique ont commencé leur carrière plus tardivement.

9.      « Le secteur du numérique est instable et sujet aux licenciements. » Bien que ce secteur puisse être dynamique, il est également en constante expansion. Les compétences numériques sont de plus en plus recherchées dans de nombreux domaines, offrant souvent une certaine stabilité.

10.  « Les personnes en situation de handicap ne peuvent pas travailler efficacement dans le secteur du numérique. » En réalité, le numérique offre de nombreuses opportunités d’adaptation pour les personnes en situation de handicap. Les avancées technologiques telles que les outils d’assistance, les interfaces accessibles et les aménagements spécifiques permettent de créer un environnement inclusif où les compétences et les talents de chacun peuvent s’épanouir, indépendamment du handicap, quand les bonnes mesures sont prises.

Pour Anthony Babkine, cofondateur de Diversidays : “Il est urgent de déconstruire ces préjugés pour que chacun puisse trouver sa place dans cette ère digitale, quel que soit son âge, son parcours professionnel ou ses connaissances initiales. . Le numérique peut être l’ascenseur social du XXIe siècle. En levant ces idées reçues, nous ouvrons les portes à un avenir inclusif où tous ont la possibilité de contribuer, d’apprendre et de prospérer dans le monde passionnant du numérique.”

Et c’est là toute l’ambition du programme DéClics Numériques de Diversidays, qui a déjà orienté et facilité la reconversion professionnelle vers les métiers du numérique de plus de 10 000 personnes. Et vise plus de 20 000 demandeurs d’emploi en situation de handicap, issus des quartiers populaires, régions rurales et bien d’autres à horizon 2025.

A propos de Diversidays

Créée en 2017 par Anthony Babkine et Mounira Hamdi, et présidée par Nadim Bel Lallahom, Diversidays est une association nationale (loi 1901) d’égalité des chances qui prône le numérique comme accélérateur de diversité et propose des solutions concrètes pour faire de la French Tech une figure d’exemplarité en matière de diversité.

Acteur de référence en matière d’égalité des chances en France, sa mission vise à favoriser l’égalité des chances dans les carrières et l’entrepreneuriat dans le numérique, en proposant des programmes sur-mesure pour faire bouger les lignes à tous les niveaux pour rendre le futur de l’emploi plus inclusif au prisme du numérique :

– Tech Your Place : pour accompagner les startups et les VCs plus inclusifs dans leurs modes de management et de recrutement.

– DéClics Numériques : pour orienter et faciliter la reconversion professionnelle vers les métiers du numérique  – à horizon 2025 – de plus de 20 000 demandeurs d’emploi en situation de handicap, issus des quartiers populaires, régions rurales et bien d’autres (déjà plus de 10 000 personnes ont été accompagnées par le dispositif)

– Leadership Program : pour booster des entrepreneur·es de la Tech aux parcours atypiques qui souhaitent avoir un impact positif sur la société.

Financée et soutenue par une vingtaine d’acteurs corporates ou publics (Google.org, l’Agefiph, le ministère du travail, l’APEC, EDF, AXA France, PageGroup, Sopra Steria, LinkedIn, Shopify, CGI, PwC France & Maghreb …), Diversidays est aussi soutenue par le Secrétariat d’Etat chargé de la Transition numérique, le Ministère délégué à l’égalité Femmes / Hommes, à la diversité et à l’égalité des chances, France Travaili, la French Tech et bien d’autres.

Alors qu’un actif français sur deux craint d’être discriminé en France (État des lieux de la mesure de la diversité en France), Diversidays fait de l’égalité des chances son combat et défend l’idée selon laquelle le numérique peut devenir l’ascenseur social du 21ème siècle.

En savoir plus : https://www.diversidays.com / @diversidays