Skip to main content

PARIS : Dette publique – « Notre déficit est lié au…

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
22 Mar 2024

Partager :

PARIS : Dette publique – « Notre déficit est lié au modèle de notre État protecteur », estime la ministre Olivia Grégoire

Europe 1 Matin – 8h10 – « La Grande interview » par Romain Desarbres.

Invitée pour La Grande interview Europe 1-CNews, Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Entreprises, du Tourisme et de la Consommation, est revenu sur l’augmentation à 5,6 % du déficit public. D’après la ministre, ce déficit peut notamment s’expliquer par le modèle français de l’État Providence. Les services de Bercy envisagent un dérapage du déficit public à 5,6% du PIB en 2023, 5,7% en 2024 et 5,9% en 2025, selon les chiffres présentés par le rapporteur du Budget au Sénat, Jean-François Husson, qui a mené jeudi une mission de contrôle au ministère de l’Economie.

Interrogée sur ces chiffres, Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Entreprises, du Tourisme et de la Consommation, estime qu’ils peuvent notamment s’expliquer par « le modèle de notre État protecteur ».

« L’État providence a beaucoup accompagné et beaucoup protégé les Français jusque sur l’année 2023. Imaginez 45 milliards d’euros ont été déployé pour le bouclier tarifaire pour payer 150 à 200 euros d’augmentation sur les factures d’électricité des Français. Voilà une des raisons pour lesquelles il faut regarder les choses posément », poursuit-elle.

Elle rappelle également le contexte géopolitique qui a pu avoir son influence sur la finance française : « Qui pouvait prévoir qu’on serait à 4 % de taux d’intérêt avec la banque centrale cette année ? Que la guerre en Ukraine s’embourbe ? Qui pouvait prévoir ce qu’il s’est passé au Moyen-Orient ? Il y a eu énormément de chocs ».

Questionner le modèle français

Olivia Grégoire a également répondu aux détracteurs du gouvernement : « Le Rassemblement national n’a jamais proposer des pistes d’économies. LR a proposé plus de 100 milliards de dépenses. C’est tellement facile d’aller en plateau jouer des claquettes pour pleurer et critiquer le gouvernement quand au sein du Parlement jamais on a voté ou proposer des pistes d’économies ».

Si elle loue le modèle social français, la ministre défend tout de même son remodèlement : « Il faut qu’on questionne la réalité de notre modèle social. On a sur certains champs de la protection sociale, de l’assurance-chômage notamment, mais aussi de l’assurance-maladie qui coûte cher. On a dans les frais de fonctionnement, on a parfois des coûts dans l’administration qui peuvent être inutile et redondants », conclut-elle.

europe1.fr

Retrouvez toutes les actualités d’Europe 1 sur la plateforme presse.europe1.fr