Skip to main content

PARIS : « Des transporteurs routiers ont été ciblés, c&rs…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
3 Fév 2024

Partager :

PARIS : « Des transporteurs routiers ont été ciblés, c’est inadmissible », Jean-Marc RIVERA

France Routes publie un article au sujet du blocage des axes routiers par les agriculteurs et les répercussions pour les transporteurs.

Jean-Marc Rivera, Délégué Général de l’OTRE répond aux interrogations de Christophe Barette.

« Depuis plusieurs jours, les agriculteurs bloquent de nombreux axes routiers. Les adhérents de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs veulent même faire le siège de grandes villes de France à partir du 29 janvier. Bloquer le marché international de Rungis est évoqué. Qu’en pensent les transporteurs routiers de marchandises ? Entre le marteau et l’enclume, Jean-Marc Rivera, délégué général de l’OTRE, a répondu en toute franchise aux questions de France Routes.«

Après plusieurs jours de mobilisation, les agriculteurs poursuivent les blocages d’axes routiers. A l’Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE), êtes-vous plutôt solidaires ou embêtés ?

Les deux, car nous pouvons comprendre le fond des revendications portées par le monde agricole. Ces revendications font écho à des sujets qui nous concernent, comme la fin de l’aide sur le gasoil non routier (GNR). Globalement, nous avons les mêmes difficultés, à savoir des rapports déséquilibrés avec les donneurs d’ordre.

Pour autant sur la forme, nous ne nous inscrivons pas dans cette logique de revendication dans la rue, mais plutôt dans un travail de fond avec les ministères concernés.

Ce mouvement a-t-il des conséquences sur l’activité des transporteurs ?

Ce qui est très inquiétant, c’est ce que nous font savoir les entreprises adhérentes : elles sont très fragilisées les crises précédentes et une année 2023 qui a vu le volume d’activité se réduire. Dans ce contexte, se retrouver avec des véhicules bloqués a des incidences économiques.

Le message que nous faisons passer dans les régions, c’est d’apporter rapidement des réponses au monde agricole pour que tout ça cesse.

Lire la suite de l’article de France Routes

SOURCE : OTRE News