Skip to main content

PARIS : Des experts de la pêche unissent leurs forces pou…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
24 Fév 2024

Partager :

PARIS : Des experts de la pêche unissent leurs forces pour que le Fish Forum 2024 renforce la science et l’innovation

Plus de 400 participants se sont réunis cette semaine à Antalya, en Turquie, dans le but commun de développer la science pour une gestion efficace des pêcheries lors de la deuxième édition du Forum sur les sciences halieutiques en Méditerranée et en mer Noire (Fish Forum 2024).

L’événement, organisé par la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), est le rassemblement scientifique le plus important consacré à la pêche et aux questions connexes dans la région. L’édition de cette année a été organisée par le ministère turc de l’Agriculture et des Forêts et financée par l’Union européenne. Au cours de cinq jours de conférences, de panels, d’ateliers et d’expositions, la conférence a offert un espace unique aux experts de 47 pays pour discuter des derniers développements en matière de sciences halieutiques, ainsi que de la recherche environnementale, océanographique et socio-économique de pointe, et de la manière dont Il est préférable d’appliquer cet ensemble croissant de connaissances et d’outils aux défis réels auxquels le secteur est confronté.

« Les décisions de la CGPM sont fortement ancrées dans la science et dans la consultation des parties prenantes », a commenté Miguel Bernal, secrétaire exécutif de la CGPM. « L’événement de cette année a tourné autour des besoins scientifiques pour les plans de gestion du futur, avec des scientifiques discutant des dernières méthodes et résultats et des représentants de haut niveau discutant de questions clés telles que la manière de renforcer l’interface science-politique, de répondre aux nouveaux accords internationaux et d’améliorer coopération et coordination entre les instituts de recherche.

Étant donné que la combinaison de la demande de produits de la mer, des pressions humaines et de la fragilité des écosystèmes dans la région nécessite une science particulièrement solide et intégrée pour éclairer des mesures de gestion efficaces et durables sur les plans environnemental, social et économique, une grande partie de ce qui a été discuté sera pertinente et reproductible dans les pêcheries du monde entier. . En effet, les Nations Unies ont reconnu la contribution du Fish Forum à sa Décennie des sciences océaniques pour le développement durable (2021-2030).

Réunir les réseaux d’experts

Trois thèmes centraux ont été abordés lors de l’événement : une meilleure science pour de meilleurs conseils, des mers saines et une pêche durable, ainsi que l’innovation économique et technique. Parallèlement à cela, un sujet central était le changement climatique – un problème extrêmement important pour la pêche partout dans le monde, et particulièrement dans une région qui se réchauffe 20 % plus vite que la moyenne mondiale. Plusieurs intervenants ont abordé des aspects clés du sujet, notamment la manière d’accroître les connaissances sur les effets du réchauffement des océans sur les pêcheries régionales et les stratégies d’adaptation potentielles disponibles. Surtout, un accord a été conclu pour former un réseau d’experts climatiques dédiés à la pêche en Méditerranée et en mer Noire.

Les participants ont également convenu de créer un réseau régional coopératif d’instituts de recherche halieutique et ont discuté de la meilleure façon d’aborder sa mise en œuvre opérationnelle. Une collaboration accrue renforcera les capacités et améliorera les résultats à mesure que les experts de la pêche adapteront les approches scientifiques en réponse aux nouvelles exigences politiques des années à venir, en travaillant ensemble pour mettre en œuvre les accords internationaux et stimuler l’innovation dans la région et au-delà.

Construire un avenir inclusif

Tournés vers l’avenir, les organisateurs ont veillé à ce que les jeunes scientifiques et chercheurs participent pleinement aux débats. Leur travail a été récompensé vendredi lors d’une cérémonie de remise des prix du Fish Forum, Jade Millot, doctorante française travaillant sur la conservation des écosystèmes marins vulnérables et la gestion spatiale, remportant le prix de la meilleure présentation dans la catégorie « Scientifique en début de carrière ».

« Ce prix signifie beaucoup pour moi en tant que jeune doctorante, car se lancer dans la recherche est à la fois passionnant et plein de doutes », a-t-elle déclaré. «Cela représentait un défi pour moi et je suis fier que mon travail puisse désormais être utilisé par les décideurs et contribuer à notre effort commun pour gérer durablement les pêcheries méditerranéennes.»

Quatre autres prix ont également été remis lors de la cérémonie. Marta Ballesteros (Espagne), Bechir Saidi (Tunisie) et Alberto Ceccacci (Italie) ont été récompensés pour leurs présentations sur les trois thèmes du Fish Forum 2024, et Ömerhan Dürrani (Türkiye) a remporté le prix de la meilleure affiche.

Cette approche inclusive s’est également manifestée à d’autres égards. Deux organisations travaillant à promouvoir l’inclusion des personnes handicapées dans les activités liées à la chaîne de valeur de la pêche étaient présentes au Forum pour discuter de leurs initiatives avec les participants et accroître les connaissances sur l’importance de l’inclusion dans le secteur. De même, il s’agit d’un objectif des organismes des Nations Unies et la CGPM s’engage à aborder ce sujet important dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture dans toute la région.

Cette année, les partenaires officiels comprenaient près d’une douzaine d’organisations internationales, dont le soutien garantira les impacts durables du Fish Forum 2024. Les événements de la semaine bénéficieront directement à la mise en œuvre de la Stratégie CGPM 2030 pour une pêche et une aquaculture durables en Méditerranée et en mer Noire. , mais soutiendra également la vision de la Transformation Bleue de la FAO, qui vise à garantir et maximiser la contribution des systèmes alimentaires aquatiques à la sécurité alimentaire, à la nutrition et à une alimentation saine et abordable. Plus largement encore, ils alimenteront les efforts régionaux visant à atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies et le cadre mondial pour la biodiversité.

« La pêche durable n’est pas seulement une responsabilité économique, mais aussi une responsabilité sociale et environnementale. Nous devons léguer un patrimoine marin sain et riche aux générations futures », a déclaré Ebubekir Gizligider, vice-ministre de l’Agriculture et des Forêts de Türkiye. « Dans ce forum, nous nous sommes réunis pour renforcer davantage la pêche durable en nous inspirant les uns les autres, en partageant nos connaissances et en explorant les opportunités de coopération. »

PRIX DU FISH FORUM 2024

Meilleure présentation pour le thème 1 : Marta Ballesteros, chercheuse, Centre de technologie marine, Espagne, Prête et stable avant de partir : leçons sur la progression vers l’évaluation de la stratégie marine dans les pêcheries espagnoles.

Meilleure présentation pour le Thème 2 : Bechir Saidi : Enseignant chercheur, Faculté des Sciences et Technologies de Sidi Bouzid, et Institut National des Sciences et Technologies de la Mer, Tunisie : Évaluation des stratégies d’atténuation des prises accessoires pour la mégafaune marine vulnérable dans le Golfe de Gabès.

Meilleure présentation pour le thème 3 : Alberto Ceccacci, doctorant, Université de Bologne, Italie, Équilibrer les préoccupations environnementales et l’efficacité : une approche économique pour une résilience accrue dans les pêcheries surexploitées.

Prix de la meilleure affiche : Ömerhan Dürrani, professeur adjoint, Université technique de Karadeniz, Turquie, Les marqueurs morphologiques offrent-ils une méthode fiable pour distinguer les stocks de chinchards méditerranéens (Trachurus mediterraneus) de la mer de Marmara et de la mer Noire ?

Meilleure présentation d’un scientifique en début de carrière : Jade Millot, doctorante, Unité mixte de recherche sur la biodiversité marine, l’exploitation et la conservation et Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, France, Conservation des écosystèmes marins vulnérables et aménagement du territoire en Méditerranée.