Skip to main content

PARIS : Connaissez-vous le jean Made in Hauts-de-France ?

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Connaissez-vous le jean Made in Hauts-de-France ?

Du champ de coton à la boutique, un jean parcourt aujourd’hui jusqu’à 65 000 km (soit une fois et demie le tour de la Terre !).

Pour le produire, il faut entre 7 000 et 10 000 litres d’eau. Chaque année, 90 millions de jeans sont vendus en France ! Mais on a une bonne nouvelle pour vous : un jean plus responsable est en train d’émerger.

Nom du projet : Fashion Denim Cube Center

Le Fashion Denim Cube Centrer (FDCB) est l’usine dédiée au jean du Fashion Cube, une entité créée par la famille Mulliez pour regrouper les marques dont elle est propriétaire (Jules, Brice, Bizzbee, Pimkie, RougeGorge, Grain de Malice et Orsay). Le projet a été lancé en 2021 pour réaliser la confection et le délavage de jeans dans les Hauts-de-France. Le choix de l’emplacement n’est pas anodin : nous sommes dans le berceau historique de la filière textile en France. Entre l’idée initiale et l’ouverture des portes de l’usine, 36 mois se sont écoulés. L’objectif était de démontrer la faisabilité d’une production locale et à grande échelle de jeans dans une démarche d’écoconception. Alors, mission accomplie ? La réponse est : oui. Installée à Neuville-en-Ferrain dans un ancien entrepôt Pimkie, l’usine a atteint une production de 1 000 jeans par jour dès la première année.

Ce jean est-il plus respectueux de l’environnement ?

Les efforts commencent avec sa composition. Le premier jean fabriqué à l’usine est sorti en 2022 : il s’appelle le jean Cinq Neuf. Commercialisé par la marque Jules, il est composé à 81 % de coton recyclé, 17 % de polyester recyclé et 2 % d’élasthanne. De confection française, son tissu n’est en revanche pas (encore) tissé sur le territoire national. C’est toutefois une première étape importante dans l’effort de relocalisation de l’industrie textile en France. Tout au long de sa fabrication, il intègre des technologies pour diviser par 6 la consommation d’eau nécessaire à sa fabrication. Idem pour les textiles utilisés, dont beaucoup sont issus des invendus et d’une valorisation des chutes de coupe. L’usage de produits chimiques pour le délavage est fortement diminué, pour limiter la pollution des eaux usées. L’usine est également alimentée en électricité d’origine renouvelable afin de limiter son impact carbone.

Enfin, ce jean se veut compétitif face aux jeans à bas coût produits dans des pays en développement : son prix ne dépasse que de 20 % les autres jeans vendus par la marque Jules. Le modèle homme est vendu 59,99€ et sa version femme à 39,99€.

Et demain ?

Fin 2024, l’usine produira 2 000 pièces par jour, soit 410 000 pantalons sur toute l’année. La manufacture verra aussi son personnel augmenter, pour atteindre une centaine de salariés d’ici la fin de l’année.

SOURCE : ADEME INFOS.