Skip to main content

PARIS : Blocage des agriculteurs – « La Macronie a …

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
29 Jan 2024

Partager :

PARIS : Blocage des agriculteurs – « La Macronie a fait le contraire à Strasbourg de ce qu’elle raconte à Paris », estime Bellamy

Europe 1 Matin – 8h10 – « La Grande interview » par Sonia Mabrouk.

L’eurodéputé François-Xavier Bellamy était l’invité de La Grande interview Europe 1-CNews ce lundi. Au micro de Sonia Mabrouk, le vice-président des Républicains est revenu sur les blocages des agriculteurs en France.

« La Macronie a fait le contraire à Strasbourg de ce qu’elle raconte à Paris », estime-t-il.

Après des blocages sur des axes majeurs du pays, les agriculteurs changent de stratégies. Malgré les premières annonces de Gabriel Attal la semaine dernière, les exploitants veulent désormais encercler Paris, jugeant les mesures prises par le gouvernement insuffisantes pour répondre à leur détresse. La capitale n’est pas la seule visée par ce genre d’action puisque des agriculteurs du Rhône-Alpes organisent également l’encerclement de Lyon ce lundi matin. Interrogé au micro de La Grande interview Europe 1-CNews, l’eurodéputé François-Xavier Bellamy dénonce le double jeu de la majorité présidentielle entre les représentants au Parlement européen et le gouvernement français.

« La Macronie a fait le contraire à Strasbourg de ce qu’elle raconte à Paris », explique-t-il au micro de Sonia Mabrouk.

Multiplication des traités de libre-échange

« Je suis révolté parce que depuis deux ans maintenant, avec notre groupe, le PPE, avec la droite européenne, avec les Républicains, nous demandons un moratoire sur les questions environnementales en disant : ‘il y a beaucoup de sujets sur lesquels on a réglementé, sur lesquels on a créé de la norme et on a créé la contrainte’. Et maintenant, il faut s’arrêter, regarder comment ça fonctionne », juge-t-il.

La question des traités de libre-échange tend également la question agricole, alors que l’Union européenne multiplie les projets d’échange avec des tiers, tandis le projet Farm to fork reste contesté par la droite. Ce dernier prévoit notamment la mise en repos de 10% des terres agricoles européennes ainsi qu’une réduction importante de 50% de l’utilisation de pesticides d’ici 2030. Selon une étude de la Commission européenne, la baisse de production serait d’environ 10%.

La France responsable de son propre malheur ?

« Je suis évidemment hostile aux accords de libre-échange », soutient François-Xavier Bellamy, alors qu’une partie de son groupe européen se montre encore favorable à ce genre de texte.

Mais la tête de liste aux élections européennes de 2024 s’inquiète surtout de voir que « la France est en train de détruire la compétitivité de ceux qui travaillent sur son sol. Quand vous expliquez aux agriculteurs français que vous allez leur imposer des règles que ne subissent pas même leurs voisins en Europe », ça ne peut que mal se passer, assure le vice-président des Républicains.

« Par exemple, ça fait deux ans qu’on alerte sur le sujet. Vous dites à ceux qui produisent de la betterave en France qu’ils ne vont pas pouvoir utiliser des néonicotinoïdes, même enrobés, pour protéger les abeilles, alors que la betterave ne fait pas de fleurs et que les abeilles ne la butinent pas. Et simultanément, en Belgique, en Allemagne, vous pouvez utiliser le même produit sur la betterave. Mais en fait, vous n’êtes pas du tout en train de sauver la ruche. Vous êtes juste en train de détruire votre économie », conclut-il.

europe1.fr

https://www.europe1.fr/politique/blocage-des-agriculteurs-la-macronie-a-fait-le-contraire-a-strasbourg-de-ce-quelle-raconte-a-paris-estime-bellamy-4227662

Retrouvez toutes les actualités d’Europe 1 sur la plateforme presse.europe1.fr