Skip to main content

PARIS : Bilan et tendances du tourisme de loisir en France

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
13 Mar 2024

Partager :

PARIS : Bilan et tendances du tourisme de loisir en France

Jeremy Terrasson, Représentant France Opodo « cette étude Baromètre, unique sur le marché français, mesure précisément depuis 22 ans les évolutions annuelles du tourisme de loisir.

Les Français préparent et réservent majoritairement en ligne. Notre objectif est d’accompagner les touristes en déployant des services utiles et innovants qui facilitent leurs voyages»

Analyse des résultats par Guy Raffour, fondateur du Cabinet d’études Raffour Interactif, auteur du Baromètre.

L’année 2023 marque un record de départs en courts séjours de loisir marchands (avec hébergement payant) * :

43% des Français de 15 ans et + en ont pris en 2023, soit + 2 points vs 2022 qui avait déjà établi un record. Ces séjours de 1 à 3 nuitées sont particulièrement adaptés à des contenus expérientiels. Ils sont organisés jusqu’à la dernière minute en fonction des événements et des disponibilités. Leur bienfait en termes de « lâcher prise » est immédiat d’autant que la destination est la plupart du temps nouvelle, source de dépaysement garanti. Même si le poste transport est moins amorti que pour un long séjour, leur durée limite le budget total qui leur est consacré.

 Le taux de départ en Vacances des Français de 15 ans et + *, soit en « au moins un » long séjour marchand de loisir (hébergement payant de tous types) ou un long séjour non marchand de loisir (hébergement dans la famille/ chez des amis/ en résidence secondaire), s’est situé à 60,3% des Français de 15 ans et + en 2023, vs 59,6% en 2022. Ce taux de départ en vacances est légèrement supérieur à celui de l’année référence 2019. Malgré le contexte inflationniste, une majorité de Français a sacralisé ses vacances. Elles représentent un investissement conséquent pour lequel 70% des Français prévoient un budget. Les bienfaits physiques, émotionnels, familiaux sont plébiscités. Les vacances sont propices aux échanges et à la découverte et participent à atténuer les tensions nées du quotidien. Leur préparation en elle-même est vécue comme un avant-goût des vacances : les Français y consacrent beaucoup de temps et sont aidés en cela par l’accessibilité du tourisme en ligne où le voyage virtuel précède le réel. Pour les Français l’année 2023 a été celle du retour de la liberté de choisir sa destination sans contrainte sanitaire.

Globalement le taux de départ en vacances est essentiellement corrélé aux revenus du foyer. Permettre à davantage de Français de partir passe par la diversification de l’offre sur toutes les gammes de prix, combinée à une transparence des prix des options, à des offres hors vacances scolaires attrayantes et à une accentuation des aides au départ institutionnelles, associatives et privées. Le taux de départ global des Français de 15 ans et + en 2023 soit « au moins un » court séjour marchand ou un long séjour de vacances a été de 65% comme en 2022 mais avec davantage de types de séjours pris en 2023.

(**) Le taux de départ des destinations est calculé sur la base des Français de 15 ans et + partis en séjours de loisir. Il est de 77% en France métropolitaine et de 49% à l’étranger ou Drom-Com, soit un total de 126%. En effet 26% des Français sont partis à la fois en France métropolitaine ET à l’étranger ou Drom-Com

Une réservation en ligne record en 2023 : 65% des Français de 15 ans et + partis

Guy Raffour : ce taux de réservation en ligne record (le précédent record était de 60%) de tout ou partie des prestations des séjours de loisir, avant ou pendant leur déroulement, s’explique par de multiples raisons. Tout d’abord la délivrance des contraintes sanitaires d’où moins d’explications à obtenir d’un opérateur. Ensuite, compte tenu du contexte inflationniste, la recherche du meilleur rapport qualité/prix et d’offres yieldées avec un accès 7 j sur 7, 24h sur 24 à des paramètres et résultats visibles selon les dates, heures, périodes… poussés par des alertes et des comparaisons : le touriste a acquis un indéniable savoir-faire navigationnel. Une amplification des offres on line : celles des acteurs traditionnels de prestations en direct (hébergeurs, transporteurs, activités, T.O.…) ou intermédiés (agences de voyages), celles natives des pure-players (agences, plates-formes de tous types), celles des acteurs associatifs et institutionnels etc. Les modes de transport alternatifs à la voiture individuelle se sont développés avec la multiplication d’offres de billets à prix serrés en avion, bus, en train, en covoiturage. Les modes d’hébergement se sont nettement diversifiés avec les locations saisonnières chez les particuliers, les logements insolites, les réseaux organisés du tourisme rural. Une évolution des comportements touristiques : le touriste souhaite davantage de flexibilité et d’autonomie organisationnelle.

 Il demande de plus en plus de personnalisation dans le contenu de ses séjours et des expériences via des activités : elles se sont amplifiées en accès aux disponibilités et à la réservation on line. Des avancées marketing : les espaces clients sont devenus de plus en plus performants avec des primes à la fidélité, des techniques relationnelles augmentant les taux de conversion, différents moyens de paiement, des fractionnements des sommes dues et l’utilisation de l’IA générative qui ne fera que s’amplifier. Un secteur de services, le tourisme, en adéquation avec les NTIC : importance prise par les contenus visibles sur les réseaux sociaux en termes de découverte et de recommandations, atouts du multimedia permettant une immersion sensorielle dans les destinations…

Le on line accentue la proximité avec les acteurs de l’offre, les réceptifs locaux et toutes les personnes en charge de l’accueil patrimonial, récréatif etc. La possession d’un smartphone qui accentue les réservations pendant le déroulement du séjour grâce à un accès à l’offre touristique, culturelle, gastronomique, pratique et ce « juste à temps », selon ses envies, la météo, les transports etc. On échange sur les opportunités de visites avec son entourage en tenant compte de son budget disponible. L’ubiquité de l’information facilite l’inspiration et elle apporte de la sécurité et de la sérénité grâce à la flexibilité des modifications possibles. Le smartphone est devenu un auxiliaire indispensable à l’accompagnement des touristes pour mieux se repérer, sauvegarder ses carnets de voyages, bénéficier d’un guide lors des visites et partager des émotions et réalisations multimédia sur les réseaux sociaux, ce qui promeut les lieux visités. De facto l’affluence sur certains sites touristiques nécessite également des réservations préalables et l’orientation des flux vers des lieux de visite moins fréquentés et pertinents en termes touristiques.

(*) Séjour de loisir/ détente/ vacances : ne sont pas mesurés dans ce Baromètre les séjours de santé, pèlerinages, manifestations sportives, voyages scolaires & linguistiques, visites simples à des parents ou amis, séjours pour affaires & professionnels, sauf si ces séjours comportent des jours de congés complémentaires de loisir. Court séjour : 1 à 3 nuits consécutives hors du domicile principal. Les courts séjours non marchands ne sont pas mesurés. Long séjour: 4 nuits et + = « Vacances ». Marchand = hébergement payant de tout type en hôtel, camping, gîte, chambre d’hôte, résidence de loisir, village de vacances, location saisonnière professionnelle ou de particuliers, forfait tout compris, croisière maritime ou fluviale, location de camping-car, bateaux etc. Non marchand = dans la famille, amis ou résidence secondaire.