Skip to main content

PARIS : 67 % des Français sont stressés financièrement

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
24 Avr 2024

Partager :

PARIS : 67 % des Français sont stressés financièrement

Rosaly, entreprise française à impact social (certifiée B-Corp), dévoile son premier baromètre sur l’état moral financier des Français.

Une étude menée auprès de 7 186 personnes qui met en avant une augmentation générale du stress financier au sein de la population et un impact encore plus fort chez les jeunes et les femmes.

« Si le stress financier a un impact évident sur la qualité de vie des Français, c’est également le cas sur les entreprises. En effet, déjà en 2019, le cabinet Mercer affirmait que “lorsque les salariés ne s’inquiètent pas de leurs finances, ils sont plus productifs et engagés au travail” et évaluait que le stress financier coûte en moyenne 604 000€ par an à une entreprise de 1 000 salariés.

En 2018, le cabinet McKinsey & Company communiquait sur d’autres données sensibles : 49 % des salariés passent du temps au travail à gérer ou à s’inquiéter de leurs finances personnelles, ce qui peut se traduire par des pertes de productivité substantielles pour les entreprises. Un fait confirmé par 30 % des travailleurs qui indiquaient, à l’époque, que les inquiétudes concernant leurs finances les ont conduits à être moins productifs au travail. Nous voulions donc savoir si en 2024, les choses s’étaient améliorées et si le stress financier impactait moins la vie des salariés français… Malheureusement, cela semble s’aggraver encore davantage et surtout sur les jeunes générations et les femmes », a commenté Arbia SMITI, fondatrice de Rosaly.

Un état de stress généralisé

C’est un triste constat. En 2024, seulement 33 % des Français ne semblent subir aucune contrariété financière. Cet état anxiogène est encore plus fort chez les femmes qui sont 83 % à avouer être stressées financièrement (29 % totalement et 44 % moyennement) quand les hommes ne sont « que » 61 % (27 % totalement et 34 % moyennement).

Au sein des différentes générations, certaines différences existent également. Ainsi, les plus jeunes semblent plus touchés que les autres. Dans le détail, la génération Z totalise 70 % de stress, bien plus que les baby-boomers qui ne sont que 63 % dans ce cas, la génération X 68 % et la Y 65 %.

Un stress totalement tabou

Parler de cet état d’angoisse financière reste un fardeau solitaire pour une très forte majorité.

En effet, plus de 83 % des Français déclarent ne pas pouvoir l’exprimer librement. Une nouvelle fois, les femmes sont plus sensibles à ce blocage avec une représentativité de 87 %, contre 79 % chez les hommes.

En revanche, les jeunes issus de la génération Z sont capables d’en parler plus aisément que les autres mais restent quand même fermés à 77 %. Ce tabou est donc plus fort au sein des autres tranches d’âges et plus particulièrement les baby-boomers avec 88 % de représentativité.

Des impacts forts sur tous les pans de vie.. surtout pour les femmes !

Bien loin d’être anodin, ce stress financier à de fortes conséquences sur de nombreux aspects de la vie des Français.

En effet, plus de 59 % considèrent que leur qualité de sommeil est mise à rude épreuve face à ces problèmes d’argent et 42 % relèvent un impact sur leur humeur ou bien leur libido à 41 %.

La gent féminine ressent les conséquences de ce stress financier encore plus fortement : 63 % le subissent sur leur sommeil et plus de 45 % sur leur libido et leur humeur.

Le pouvoir d’achat : préoccupation principale des Français

Conséquence logique, 68 % des personnes interrogées se posent beaucoup de questions sur leur pouvoir d’achat dans le futur : 30 % sont totalement stressés et 38 % en partie.

Une angoisse qui est davantage exprimée par les personnes nées après 2000 à plus de 77 % quand la génération Y ne représente que 69 %.

*Méthodologie : Enquête réalisée auprès de 7 186 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. Sondage effectué en ligne à partir du panel de répondants BuzzPress (27 200 personnes en France). Entre le 2 et 11 avril 2024, un sondage électronique a été envoyé par email et publié en ligne sur les réseaux sociaux Facebook et LinkedIn. Les réponses ont ensuite été compilées et pondérées en fonction de quotas préétablis visant à assurer la représentativité de l’échantillon et afin d’obtenir une représentativité de la population visée. Toutes les pondérations s’appuient sur des données administratives et sur les données collectées par l’INSEE.

À propos de Rosaly

Rosaly est une entreprise française à impact social (certifiée BCorp), fondée fin 2019 par Arbia SMITI, serial entrepreneure Tech, qui accompagne les entreprises dans l’amélioration du bien-être financier de leurs salariés. Rosaly propose un dispositif d’émancipation financière permettant aux entreprises de renforcer leur politique sociale et ainsi de fidéliser leurs salariés.

Côté salariés, Rosaly a développé une application mobile offrant aux collaborateurs un moyen d’aborder plus sereinement les fins de mois et d’éviter les conséquences du découvert bancaire et des crédits à la consommation à travers : l’acompte sur salaire automatisé et instantané, un simulateur d’aides sociales, un module d’échange avec des experts en budgétisation, un bouclier anti-découvert, etc.

Côté entreprises, Rosaly impacte fortement la marque employeur des sociétés qui utilisent sa solution, favorise la rétention et l’engagement des collaborateurs et supprime des coûts administratifs importants notamment ceux liés à la gestion des demandes d’acomptes en interne.

Rosaly a réalisé une première levée de fonds de 1,5 M€ en avril 2021 et une seconde levée de 10M€ en septembre 2022 auprès de grands fonds américains dont Fin Capital, The Treasury VC, FJ Labs, etc.

Élue “Meilleure Innovation RH” en 2023, Rosaly compte déjà plus de 100 000 utilisateurs et 300 clients en France de toutes tailles dans les secteurs : retail, de la restauration, des services à la personne, de la logistique, etc.

Plus d’informations : https://www.rosaly.com/