Skip to main content

PARIS : 50 nuances d’engagements

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
23 Mar 2024

Partager :

PARIS : 50 nuances d’engagements

À l’occasion de son deuxième anniversaire, respect propose un numéro spécial dédié à 50 nouvelles personnalités qui s’engagent pour le respect des différences, de l’humain, de la planète et du vivant.

Le 28 mars prochain, retrouvez les visages de celles et ceux qui œuvrent au quotidien pour une société plus juste et responsable.

Nous vous proposons de découvrir en avant-première l’un des grands entretiens réalisés dans ce numéro 09 : Diariata N’Diaye, fondatrice de l’association Résonantes, qui se bat contre les violences sexuelles et sexistes faites aux femmes.

On vous présente le teaser de ce nouveau numéro

Elles et ils sont 50 !

C’est très compliqué à fabriquer un numéro comme celui-là ! Il faut trouver des profils intéressants, et il y en a 50 ! Il faut se mettre d’accord au sein de la rédaction de respect sur une liste de noms et ce n’est pas toujours évident. Il faut ensuite contacter ces personnalités pour essayer d’échanger quelques mots avec elle, il y en a 50, et ce n’est pas toujours évident, mais pour rien au monde un journaliste n’échangerait ce moment. C’est par la rencontre avec l’autre que ce métier est passionnant. Toutes les connaissances contenues dans toutes les intelligences artificielles ne pourront jamais rien contre ça. Une personne découvrant une autre personne, pour la première fois, dialoguant ensemble, s’enrichissant mutuellement, se contredisant aussi. Deux êtres humains qui essaient, par l’échange, de s’entendre sur quelque chose de commun. C’est un petit acte de démocratie appliquée un entretien, quand il laisse naître la parole.

(…)

Antoine Leiris, rédacteur en chef

Elle est la première d’un classement qui n’en est pas un. Diariata N’Diaye est l’un des 50 visages de notre mosaïque de l’engagement. Elle se bat contre les violences sexuelles et sexistes, des violences qu’elle a subies, qu’elle a transcendées par l’écriture et qu’elle veut aujourd’hui prévenir grâce à l’association Résonantes.

Est-ce que vous pouvez me dire comment est née l’idée de cette application App-Elles que vous avez créée ?

Cette application est née de mon expérience et de mon expertise de terrain sur ces sujets. À la base, je suis artiste, je suis devenue activiste et je me définis aujourd’hui comme « artiviste ». J’utilise l’art pour sensibiliser aux violences sexistes et sexuelles. Il y a un peu moins de vingt ans, j’ai écrit un premier spectacle, très naïvement, un spectacle sur ces violences.

Je suis allée le jouer auprès de collégiens et lycéens et, dès la première représentation, je me suis retrouvée avec une file de jeunes qui m’attendaient pour me raconter les violences qu’ils subissaient. J’ai abordé ce sujet parce que j’ai moi-même été concernée pendant mon adolescence, j’ai subi différentes formes de violence, mais je ne savais pas que ça concernait autant de monde. Donc, j’y suis allée sans trop savoir dans quoi je mettais les pieds. Et, très rapidement, j’ai vu que ça fonctionnait d’utiliser l’art pour sensibiliser le public. Tous ces témoignages que je recevais à la fin des représentations me le démontraient. Et c’est ce que j’ai fait pendant plus d’une dizaine d’années, aller parler de ces sujets, sensibiliser, parler des solutions.

Et, à force de constater que – entre la situation des personnes que je rencontrais et celle que j’avais moi-même vécu des années avant – rien n’avait sensiblement changé, j’ai voulu aller plus loin. Quand on subit des violences, on a l’impression que les solutions n’existent pas, on se sent seul, alors qu’il existe des lieux, des démarches à effectuer… Il y a plein de personnes qui savent comment aider les victimes.

Et de tout ça est née l’application App-Elles, afin de répondre aux problématiques de toutes ces personnes croisées au cours de mes interventions et que je continue à croiser tous les jours, en leur donnant de l’information sur ce que sont les violences et les conséquences qu’elles ont sur la santé, et puis surtout en leur disant qu’elles ne sont pas seules et qu’elles en soient conscientes.

L’application leur donne la possibilité d’appeler à l’aide quand elles sont en difficulté et d’entrer en contact avec tous les professionnels qui peuvent les accompagner dans leurs différentes démarches.

(…)

DÉCOUVRIR L’ARTICLE