Skip to main content

PARIS : 30 millions sous le marteau, une déception pour K…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
28 Avr 2024

Partager :

PARIS : 30 millions sous le marteau, une déception pour Klimt ?

L’attente était à son comble.

Un tableau longtemps disparu, un chef-d’œuvre énigmatique de Gustav Klimt, refaisait enfin surface après un siècle de mystère. Ce tableau légendaire, disparu depuis des décennies, s’annonçait déjà comme la vente de tous les records, pulvérisant, qui sait, la somme astronomique de 86 millions d’euros atteinte par La Dame à l’éventail… Mais ce qui aurait dû être un triomphe incontestable s’est transformé en une saga tumultueuse, couronnée d’une vente décevante.

Imaginez-vous, un instant, l’excitation fiévreuse des collectionneurs, des historiens et des passionnés d’art du monde entier. Tous les yeux étaient rivés sur Vienne, prêts à assister à une vente aux enchères historique, celle du Portrait de Mademoiselle Lieser, une œuvre envoûtante du maître autrichien Gustav Klimt. Les estimations étaient vertigineuses, la spéculation était à son paroxysme. On parlait déjà de records à battre, de chiffres à faire tourner la tête.

Mis à la vente le 24 avril par la maison Kinsky, les attentes étaient grandes, entre 30 et 50 millions d’euros étaient évoqués, voire plus, au vu des récents records de Klimt.

Pourtant, lorsque le marteau est tombé, l’atmosphère était chargée de déception et de perplexité. Le résultat de la vente était bien loin des attentes, laissant planer un sentiment d’incompréhension et de frustration parmi les observateurs.

L’acheteur, une collection privée de Hong Kong nommée HomeArt, a acquis l’œuvre pour 30 millions d’euros, soit l’estimation basse. Cette issue décevante a été attribuée en partie aux doutes persistants entourant la provenance du tableau, ainsi qu’à une série d’articles de presse critiquant la vente.

Comment une œuvre d’une telle importance, portant sur ses épaules un siècle de mystère et d’intrigue, a-t-elle pu aboutir à un dénouement aussi déconcertant ? C’est là que réside tout le drame de cette vente historique, une saga pleine de rebondissements et de questionnements, où le destin d’une œuvre d’art semble lié à celui de toute une époque.

Malgré cette déception, l’événement reste majeur, marquant la réapparition d’une œuvre-clé dans le pays natal de l’artiste, même si les questions sur l’identité du modèle, la propriété du tableau pendant les années sombres de l’histoire européenne et les circonstances de sa redécouverte demeurent encore sans réponse.

SOURCE : Arts in the City