Skip to main content

NICE : Festival du livre 2024, jeu et enjeux de société

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

NICE : Festival du livre 2024, jeu et enjeux de société

Ce jeudi 16 mai 2024 à la Villa Masséna, Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, son adjoint Jean-Luc Gagliolo, et le jury du 28e Prix Nice Baie des Anges ont couronné Camille de Peretti pour son roman L’Inconnue du Portrait en présence de Boualem Sansal, Président du Festival du Livre 2024.

Le jury, présidé par Franz-Olivier Giesbert, réunissait Paule Constant (de l’académie Goncourt), Irène Frain, Aurélie de Gubernatis, Didier van Cauwelaert, Laurent Seksik, Jean-Luc Gagliolo, Nicolas Galup ainsi qu’un jury populaire de dix lecteurs, amoureux des livres et des mots.

Le Prix Nice Baie des Anges sera remis au lauréat par Christian Estrosi lors de l’inauguration du 28e Festival du Livre de Nice (du 31 mai au 2 juin). Sous la présidence exceptionnelle de l’écrivain Boualem Sansal, plus de 200 auteurs se retrouveront à Nice autour du thème « Le courage » : Didier van Cauwelaert, David Foenkinos, Rémi Baille, Jean-Baptiste Andea, Philippe Besson, Eric Fottorino, Jean-Claude Ellena, Emmanuel Khérard…

UN MONDE BOULEVERSÉ, UNE SOCIÉTÉ EN CRISE

Le pogrom du 7 octobre et la riposte d’Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza, la menace iranienne, la guerre en Ukraine, et tous les conflits armés de grande ampleur qui se déroulent actuellement au Burkina Faso, en Somalie, au Soudan, au Yémen, en Birmanie, au Nigeria, en Syrie… Le monde est à feu et à sang. La paix semble si fragile. Comment ne pas sombrer dans la confusion et la crainte ? À défaut de nous rassurer, grands témoins, journalistes, chercheurs, analystes, sont là pour nous aider à comprendre, à nous situer, à dégager notre propre vision. À Nice, venez les écouter dans les tables rondes, les débats. Ou, plus simplement, engagez la conversation avec eux.

LES VERSIONS DE L’HISTOIRE

Pour éclairer toutes ces questions (et d’autres) avec un regard historique, on n’oubliera pas Après la nuit. Ces chrétiens qui ont reconstruit la France et l’Europe 1945-1954 (Calmann-Lévy) du rédacteur en chef au Point Jérôme Cordelier. De Jérémy Guedj, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Nice, Les Juifs français et le nazisme 1933-1939 (PUF) ou de Pierre Abou Le cercle des chacals (Cerf) qui bat en brèche le mythe des « nazis francophiles ». Sur cette période encore, Opération Vésuve de Henri-Christian Giraud (Cerf) qui raconte la libération de la Corse à l’automne 1943. À partir de la tentative d’assassinat (déjouée in extremis) de Golda Meir sur le sol italien 1973, à la veille de sa rencontre avec Paul VI, le journaliste politique Michaël Darmon déroule l’histoire méconnue des relations entre le Vatican et Israël (Le pape et la matriarche. Passé composé). Et avec Tragédie française (Gallimard) Franz-Olivier Giesbert livre le dernier tome (de 1981 à aujourd’hui) de son Histoire intime de la Ve République.

JEUX ET ENJEUX DE SOCIÉTÉ

Impossible d’échapper à l’actualité politique. Les choix du gouvernement, les institutions, les partis, de gauche, de droite, l’immigration, l’Europe, les religions, l’islamisme, l’écologie, l’ensauvagement et la violence, le féminisme, les sondages, les élections… Sur tous ces sujets chacun a son opinion. Quelquefois hésitante, quelquefois bien tranchée. Au Festival du Livre de Nice, vous pourrez la conforter, ou mieux, la confronter avec ceux qui observent la vie publique ou qui en sont les acteurs. Avec Alain Bauer, professeur de criminologie au Conservatoire national des arts et métiers. Alors que la criminalité, la violence ordinaire et le sentiment d’insécurité augmentent en France, il pointe le délitement du pacte social et le dérèglement de la représentation politique (Tu ne tueras point. Fayard). Face au tourbillon de violence sans précédent qui emporte notre pays le temps d’agir presse dit le magistrat et ancien député Georges Fenech (L’ensauvagement de la France La responsabilité des juges et des politiques. Éditions du rocher). Mais que répondre à ceux qui vous accusent d’emblée de sexisme, de fascisme, d’islamophobie ou qui vous traitent de bobo ? Les mots du débat public sont manipulés à des fins idéologiques explique Rachel Khan. Avec humour, elle appelle à reprendre en main le vocabulaire (Encore debout : la République à l’épreuve des mots. L’Observatoire).

Racisme, colonisation, esclavage… Arrêtons de nous accuser de tout ! proteste l’essayiste et philosophe Jean-Loup Bonnamy. Avec L’occident déboussolé (L’Observatoire) il livre une analyse pertinente et claire du malaise de notre civilisation. La géographe Sylvie Brunel, longtemps engagée dans l’association humanitaire « Action contre la faim  », passionnée de Camargue, écrit une fable écologique pleine d’humour sur le changement climatique (Le sourire de l’alligator. Éditions du Rocher). Dans Le chat et le renard (L’Observatoire) Patrice Duhamel raconte l’histoire savoureuse (et si souvent tendue) des relations entre présidents et Premiers ministres sous la Ve République. Et Hélène Vézier (on se souvient de son one woman show « Politiquement incorrect » où elle était « Madame Meuf »), publie Très très feutré (Éditions du Rocher), l’aventure intime et initiatique d’une jeune femme, ni de droite ni de gauche, qui rejoint la politique à 25 ans et en ressort quinze ans plus tard, plutôt… révoltée. C’est drôle et grinçant. Parfois mieux vaut en rire. N’est-ce pas ?