Skip to main content

NICE : Exposition Henri Matisse – Formes libres, au Musée…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
22 Déc 2023

Partager :

NICE : Exposition Henri Matisse – Formes libres, au Musée Matisse

Grâce à sa collection unique au monde le Musée Matisse de Nice est devenu un établissement au rayonnement international.

Du 14 février au 27 mai 2024, les trésors de la collection seront présentés hors les murs au National Art Center à Tokyo pour l’exposition Henri Matisse – Formes libres.

Cette exposition révèlera pour la première fois au public japonais l’extraordinaire collection du musée Matisse de Nice à travers le prêt de 145 œuvres et objets issus de ses fonds. Connue pour être l’un des plus importants ensembles d’œuvres de l’artiste au monde, cette collection a été constituée des donations successives de l’artiste et de ses héritiers à la Ville de Nice et couvre toutes les périodes de création du maître, des premières peintures jusqu’aux ultimes projets.

Le Yomiuri Shimbun, principal organe de presse japonais dont la branche culture organise depuis plus de 70 ans des expositions, est à l’initiative de cette exposition hors les murs au Japon. Ce projet, exceptionnel par son ampleur, est adossé à une convention de mécénat qui a permis la restauration d’œuvres d’Henri Matisse en gouaches découpées dont Fleurs et fruits qui sera pour la première fois exposée au Japon. Cette œuvre de 1952-1953 est l’une des plus grandes gouaches d’Henri Matisse conservées dans les collections publiques européennes.

Le parcours de l’exposition sera découpé en 5 étapes et l’accent sera particulièrement mis sur les gouaches découpées, dont le musée Matisse conserve un très riche ensemble. Des pièces majeures comme la Danseuse créole, Nu bleu IV, ou encore la série des maquettes des chasubles pour la chapelle de Vence, avec une reconstitution en images de la féérie lumineuse des vitraux, seront présentées.

A l’occasion de cette exposition exceptionnelle à Tokyo, le musée Matisse fermera ses portes (du 9 janvier au 14 mars 2024) pour terminer une troisième phase de travaux de régulation en génie climatique. Les équipements vétustes de l’ensemble du rez-de-chaussée de la « Villa des Arènes » seront remplacés afin d’améliorer les conditions de conservation et de présentation des œuvres (température et hygrométrie).

Autre temps fort du musée Matisse en 2024 : du 16 mars au 27 mai, le musée proposera un parcours renouvelé d’une partie de sa collection d’art graphique en invitant le peintre Djamel Tatah et le commissaire d’exposition Éric de Chassey.

L’exposition « MiroMatisse », en partenariat avec Fundacio Joan Miro à Barcelone, qui sera présentée au musée Matisse de Nice du 28 juin au 29 septembre 2024 et à Barcelone du 24 octobre 2024 au 9 février 2025.

Commissariat « Henri Matisse – Formes libres » :

Claudine Grammont, cheffe du Cabinet d’art graphique, Centre Pompidou, Paris

Naoki Yoneda, conservateur au National Art Center, Tokyo

[Exposition hors les murs] National Art Center, Tokyo

HENRI MATISSE – FORMES LIBRES

14 FÉVRIER – 27 MAI

Commissariat : Claudine Grammont, cheffe du Cabinet d’art graphique, Centre Pompidou, Paris Naoki Yoneda, conservateur au National Art Center, Tokyo Grâce à sa collection unique au monde le Musée Matisse de Nice est devenu un établissement au rayonnement international. En 2024, les trésors de la collection seront présentés hors les murs au National Art Center à Tokyo. Le Yomiuri Shimbun, principal organe de presse japonais dont la branche culture organise depuis plus de 70 ans des expositions, est à l’initiative du projet.

Ce projet, exceptionnel par son ampleur, est adossé à une convention de mécénat qui a permis la restauration d’œuvres d’Henri Matisse en gouaches découpées dont «Fleurs et fruits» qui sera pour la première fois exposée au Japon. L’exposition Henri Matisse – Formes libres révèlera pour la première fois au public japonais l’extraordinaire collection du musée Matisse de Nice à travers le prêt de 145 œuvres et objets issus de ses fonds. Connue pour être l’un des plus importants ensembles d’œuvres de l’artiste au monde, cette collection a été constituée des donations successives de l’artiste et de ses héritiers à la Ville de Nice. La collection couvre toutes les périodes de création du maître, des premières peintures, jusqu’aux ultimes projets. Issu de l’atelier de l’artiste, cet ensemble offre par ailleurs un éclairage unique sur l’intimité de la création de l’un des plus grands maîtres de la couleur du XXe siècle.

L’exposition bénéficiera du prêt exceptionnel de «Fleurs et fruits» de 1952-1953, l’une des plus grandes gouaches d’Henri Matisse conservées dans les collections publiques européennes. Les commissaires Claudine Grammont et Naoki Yoneda ont donc souhaité mettre l’accent sur les gouaches découpées dont le musée Matisse de Nice conserve un très riche ensemble. Cette technique libératrice s’est imposée comme le mode d’expression favori de l’artiste au terme de son parcours artistique. En découpant directement dans la couleur, cela lui rappelle la taille directe des sculpteurs, mais c’est aussi une manière de dessiner dans la couleur. D’abord expérimentée pour les illustrations de livres, notamment l’album «Jazz» paru en 1947, la gouache découpée va progressivement envahir les murs de l’atelier : forme libre, légère et mobile que l’artiste déplace et assemble au gré de son imagination. En cinq étapes, le parcours de l’exposition va conduire le visiteur jusqu’à cette apothéose finale. Seront présentées des pièces majeures telles que «Danseuse créole», «Nu bleu IV», ainsi que l’extraordinaire série des maquettes des chasubles pour la chapelle de Vence. Pour la première fois sera révélée une reconstitution en images de la féérie lumineuse des vitraux de la chapelle. Évoquant la chapelle, Matisse voulait que face à son œuvre les visiteurs « éprouvent un allègement d’esprit. […] qu’ils se trouvent dans un milieu où l’esprit s’élève, où le sentiment lui-même est allégé. Le bénéfice de la visite naîtra aisément […]. » (Charbonnier, 1960). De la même manière, nous souhaitons que les visiteurs japonais soient eux aussi captés par cette œuvre joyeuse et libre.