Skip to main content

NICE : La famille IERA a créé le Mediterraneo, un restaur…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

NICE : La famille IERA a créé le Mediterraneo, un restaurant au concept innovant

Bravo à Mario Iera et ses enfants Rosina, Renato et Jean-Baptiste, d’avoir créé à Nice le Mediterraneo, il y a un peu moins d’un an, l’inauguration était exactement le 17 juillet 2023 en présence de monsieur le Maire, Christian Estrosi, dans la gare du Sud, au 35 boulevard Malaussena.

Sous la sublime gare du Sud, le Mediterraneo est plus qu’un restaurant, c’est un concept complètement dingue, génial et extraordinaire. Sur 3000 mètres carrés, le bâtiment qui est gigantesque, impressionnant et surtout magnifique avec sa structure et sa façade anciennes qui sont classées, offre milles propositions. Tout d’abord, la cuisine avec plusieurs stands afin qu’il n’y ait jamais la queue, ni d’attentes trop longues, et où chacun peut se régaler, entre autres, de grillades, de couscous, de pizzas, de mezzes, d’houmous, de socca, la délicieuse spécialité niçoise, suivie d’un choix impressionnant de desserts, et bien sûr plusieurs bars à cocktails.

Tous ces espaces ainsi que la terrasse extérieure, dédiés aux petits-déjeuners, déjeuners, dîners, on peut d’ailleurs y manger à toute heure, sont organisés autour de décors différents, ainsi on peut aller tous les jours au Mediterraneo, on aura toujours l’impression d’être dans un endroit nouveau, d’autant que les prix sont tout à fait corrects et abordables, de quoi faire de Mediterraneo sa cantine préférée tellement le personnel est aimable, gentil et convivial. La cerise sur le gâteau est la scène, située au centre, avec un orchestre, et aussi une piste afin de pouvoir danser dès 20h, après le boulot, sans être obligé de se coucher tard. Des soirées à thèmes sont régulièrement organisées, comme ça tous les âges sont contents !

Sur la mezzanine qui coure tout le long du bâtiment, nous pouvons autant jouer que travailler, ou travailler et jouer ensuite, ou jouer au lieu de travailler…, quoi qu’il en soit, tout est organisé et réfléchi. D’un côté, se trouvent des alcôves afin de pouvoir s’installer avec son ordinateur et d’être au calme, ainsi qu’une salle d’exposition temporaire de photos ou de tableaux. En face, des espaces sont dédiés aux jeux parmi lesquels des fléchettes électroniques avec des vraies fléchettes, et surtout des simulateurs de Formule 1, le nec plus ultra des simulateurs, ceux-là mêmes sur lesquels les écuries de courses automobiles entraînent leurs pilotes, avec vitesses séquentielles et vibrations dans le volant, pour ne citer que ces effets.

Le Mediterraneo dont des morceaux de structure propres à Eiffel ont été récupérés sur différents chantiers afin de complètement repenser le lieu, est l’endroit idéal pour des réunions, des manifestations, des grands dîners, des soirées, il peut d’ailleurs être entièrement privatisé.

De mon côté, je tiens à remercier très chaleureusement mes amis Mario Iera et ses enfants Rosina, Renato et Jean-Baptiste, ainsi que Momo, le directeur, Eric Declerck, le directeur des événements (tous deux sur la photo autour de moi), et la jolie Angélique qui s’est occupée de nous, de m’avoir si agréablement reçue ainsi que mes invités autour d’un délicieux cocktail dînatoire ce mardi 11 juin pour la signature de mon nouveau livre On oublie toujours quelque chose, un recueil de nouvelles.

A chaque fois que je reçois ce genre de cadeau, je suis toujours terriblement émue de tant d’amour autour de moi.

Sylvie Bourgeois Harel