Skip to main content

NEW YORK : Le Château La Vieille Cure rencontre un franc …

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
5 Avr 2024

Partager :

NEW YORK : Le Château La Vieille Cure rencontre un franc succès à New-York

Le Château La Vieille Cure inscrit son empreinte à New-York.

Chaque année, le domaine bordelais, situé à quelques kilomètres de Saint-Émilion, consolide en effet sa présence outre-Atlantique.

Un pays où plus d’un tiers de sa production annuelle est exportée vers des cavistes et des restaurants, tous répartis dans l’un des cinquante États du territoire du New Jersey à Rhode Island, de la Pennsylvanie à la Californie, de la Floride à l’Ohio. Au fil du temps, la marque est devenue emblématique du savoir-faire viticole à la française en grande partie du fait que la propriété a appartenu à des New-Yorkais pendant 32 ans, puis par le travail fourni par Jérôme Pignard, depuis son rachat du vignoble en 2018. Cette réputation a été confirmée par l’accueil très chaleureux reçu lors de la présentation des cuvées La Vieille Cure 2017 et La Sacristie 2013 et 2016, le 5 mars dernier, au Metropolitan Pavillon de New York. Cet événement majeur organisé par le distributeur new-yorkais du Château, a permis une fois encore, d’illustrer l’exceptionnelle virtuosité du domaine qui parvient harmonieusement à conjuguer passion, terroir et équilibre des saveurs

Fronsac : des racines et des vignes

 Terroir, mon beau terroir. Ainsi pourrait-on résumer ce coin de paradis bercé par l’Isle et la Dordogne. Un terroir d’exception où le Château La Vieille Cure a pris racine il y a plus de 350 ans pour en faire l’un des plus vieux domaines de l’hexagone. Un domaine familial qui s’est épanoui et a grandi à l’ombre de noms prestigieux tels que Pomerol et Saint-Emilion. Pour autant, le domaine n’a jamais eu à rougir de sa production haut de gamme dédiée à l’AOC Fronsac où la vigne bénéficie d’un terroir de côteau et d’un sol argilo-calcaire d’exception. Il faut également rendre honneur au savoir-faire d’hommes et de femmes passionnés qui, au cours des siècles, ont contribué à bâtir ce patrimoine unique et cette identité forte à l’image de son étiquette emblématique. Depuis 2018 et le rachat par Jérôme Pignard, le domaine semble même avoir trouvé un second souffle avec l’ambition de poursuivre le travail qui mènera La Vieille Cure au tout premier rang des vins de la rive droite bordelaise.

Pour se faire, le nouveau propriétaire des lieux, perfectionniste et amateur de bons vins, a largement investi, tant sur le plan humain que technique à l’instar du maître de chai Frédéric Labatut qui officie sur le domaine depuis 34 ans et de consultants de renom que sont Jean-Philippe Fort (oenologue associé au Cabinet Michel Rolland) et Jean-Luc Thunevin. Sur le plan technique, place à la replantation, la restructuration et l’inauguration de micro-cuves pour une vinification parcellaire et un vieillissement en amphores. Ajoutez à cela l’agrandissement du vignoble- désormais certifié HVE – en 2019, soit 21 hectares en production et l’acquisition de 16 nouveaux hectares dont une partie en replantation. Une étude de sol est en cours et les nouvelles parcelles accueilleront très certainement un cépage blanc dès 2024. En somme, le parfait équilibre entre tradition, passion et ambition qui laisse présager de belles cuvées…, et le plein de nouveautés pour 2024.