Skip to main content

NANTES : Deux concerts de la violoniste Liya PETROVA lors…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
17 Jan 2024

Partager :

NANTES : Deux concerts de la violoniste Liya PETROVA lors de La Folle Journée

La violoniste Liya Petrova donnera deux concerts lors de La Folle Journée de Nantes les 3 et 4 février et présentera du 13 au 15 mars à la Salle Cortot la 5ème édition de la Musikfest Parisienne dont elle est la Directrice artistique.

Ces concerts permettront au public de découvrir le violon Rovelli sur lequel elle joue depuis peu, incroyable Guarnerius del Gesù qui fait son retour sur scène près de 200 ans après sa dernière apparition publique.

Parisienne de cœur, la violoniste Liya Petrova est née en Bulgarie et réside dans la capitale française depuis dix ans.

Influencés par le contexte économique extrêmement défavorable de leur pays au milieu des années 90, les parents de Liya Petrova ne souhaitent pas pour leur fille une carrière artistique, jugée bien trop périlleuse, et lui refusent toute formation musicale.

C’est finalement son oncle, musicien professionnel, qui va l’initier au violon en cachette, et c’est ainsi qu’elle reçoit ses premières leçons dès l’âge de quatre ans. Son talent et ses capacités sont vite repérés : elle donne son premier concert professionnel avec orchestre à cinq ans et remporte un an plus tard le prix de « la plus jeune artiste » de l’Unesco ainsi que la médaille Mozart, distinctions qui l’amèneront à se produire en concert pour la première fois à Paris dès ses 6 ans.

Grâce à une bourse, elle part à 11 ans en Allemagne pour étudier à la Hochschule für Musik und Theater de Rostock où ses camarades de classe ont au moins le double de son âge. Elle parfait ensuite sa formation à Vienne, Bruxelles, Lausanne et Berlin auprès des plus grands pédagogues européens.

En 2016, elle remporte au Danemark le Premier Grand Prix du Concours international Carl Nielsen, compositeur dont elle enregistre le concerto avec l’Orchestre symphonique d’Odense sous la direction de Kristiina Poska pour Orchid Classics en 2018.

Son répertoire s’étend de Mozart, Beethoven et Brahms à Sibelius, Walton et Bartók. Depuis 2020, elle enregistre pour le label Mirare : un premier disque comprenant les sonates de Beethoven, Britten et Barber puis, en 2021, les concertos pour violon de Beethoven et de Mozart. Paru en 2023, son dernier disque Momentum 1 met en lumière le concerto de Walton et la sonate de Respighi, deux œuvres très rarement enregistrées et données au concert. Elle y joue aux côtés du Royal Philharmonic Orchestra de Londres, dirigé par Duncan Ward, et du pianiste Adam Laloum. Momentum 2, le second opus de ce diptyque, est attendu pour 2025 et comprendra le concerto de Korngold avec ce même orchestre et la sonate de Strauss avec le pianiste Alexandre Kantorow.

La violoniste entretient des relations privilégiées avec l’orchestre britannique mais aussi avec l’Orchestre de Paris ou encore l’Orchestre philharmonique de Radio France ; elle se produit régulièrement au Concertgebouw d’Amsterdam, à la Philharmonie de Paris, à la Boulez Saal de Berlin, à la Isar Philharmonie de Munich…

En 2022, Liya Petrova fonde avec Alexandre Kantorow et le violoncelliste Aurélien Pascal les Rencontres Musicales de Nîmes, festival de musique de chambre dont ils assurent conjointement la direction artistique.

Elle a également créé en 2020 le festival « La Musikfest parisienne » qui se déroulera pour sa 5ème édition les 13, 14 et 15 mars 2024 à la Salle Cortot à Paris.

Depuis 2023, elle joue le « Rovelli », violon créé par Guarneri del Gesù en 1742 et mis à sa disposition par des mécènes privés.

Le « Rovelli »

Giuseppe Guarneri del Gesù, né en 1698 et mort en 1744, est un luthier de Crémone. Contemporain de Stradivari, il est considéré comme l’autre génie de la lutherie. Sa production est toutefois nettement plus rare et plus courte dans le temps : on compte à son actif une centaine d’instruments seulement. Le violon « Rovelli », fabriqué en 1742, tient son nom du soliste Pietro Rovelli, qui en fut le propriétaire jusqu’à sa mort en 1838.
Le musicien virtuose Paganini possédait, lui aussi, un violon de cet atelier, un instrument de 1743 qu’il surnommait « Il Cannone ». Rovelli et Paganini se défiaient lors de concerts-duels, très à la mode à l’époque. À la mort de Rovelli, Paganini tente de racheter le violon de son rival, ce que la famille refuse. Il est vendu à la fin du 19ème siècle à l’ambassadeur de France à Rome Camille Barrère, violoniste amateur et collectionneur d’instruments. Aujourd’hui, il appartient à un couple de mécènes qui soutiennent Liya Petrova depuis son arrivée en France.

Depuis la mort de Pietro Rovelli en 1838, cet incroyable instrument n’a pas été joué en public, il fait donc sa réapparition sur scène presque deux cent ans plus tard.
Liya Petrova décrit son instrument d’exception comme d’une « extraordinaire profondeur », aux graves « telluriques » et aux aigus « solaires ».

Prochains concerts en France

3 février, 20h – La Folle Journée de Nantes
avec Adam Laloum, piano
Respighi : Sonate pour violon et piano en si mineur P. 110
Debussy : Sonate pour violon et piano

Diffusion en direct sur France Musique

4 février, 14h – La Folle Journée de Nantes
avec l’Orchestre National des Pays de la Loire
Sascha Goetzel, direction

Glazounov : Concerto pour violon en la mineur opus 82

13, 14, 15 mars, 20h – La Musikfest Parisienne, Salle Cortot, Paris

Liya Petrova, Directrice artistique
avec Alexandre Kantorow, Adam Laloum, Lise Berthaud, Liya Petrova, Aurélien Pascal, Edgar Moreau, Victor Julien-Laferriere…
Thème de l’édition 2024 : La virtuosité

21 mars, 20h – Atomic Symphony, Auditorium de l’Opéra National de Bordeaux
avec l’Orchestre national de Bordeaux Aquitaine

Joana Carneiro, direction
Bartók : Concerto pour violon n°2