Skip to main content

MEGEVE : 5 anecdotes incontournables

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
31 Jan 2024

Partager :

MEGEVE : 5 anecdotes incontournables

Niché au cœur des Alpes, le beau village de Megève a plus d’une fois été le théâtre d’événements majeurs : du premier téléphérique de France pour skieurs, à l’invention du fuseau en passant par la création du 1e chalet du skieur d’Henry Jacques.

Voici 5 anecdotes mègevannes qui ont marqué et marque encore, la montagne d’aujourd’hui.

Cinq idées de sujet cet hiver en Haute-Savoie.

Le premier téléphérique de France

1. Le premier téléphérique de France pour skieurs a vu le jour à Megève et fête ses 90 ans

C’est en 1933, sous l’impulsion de Charles Viard (entrepreneur de Sallanches) qu’est né à Megève le premier téléphérique conçu spécifiquement pour les skieurs : le téléphérique de Rochebrune.

Cette merveille de modernisme et d’innovation va révolutionner le monde du ski, permettant d’acheminer 96 skieurs par heure. Un trajet de 10 minutes pour arriver à 1 750 m d’altitude.

Les skieurs, venus par centaines, dévalent les pentes du matin au soir, donnant ainsi naissance au damage naturel : c’est à cette époque que les pentes deviennent des « pistes » de ski avant de voir naître le concept de sports d’hiver.

Depuis décembre 2023 et durant tout l’hiver 2024, la société des remontées mécaniques fête les 90 ans de la « cabine rouge » : une installation avant-gardiste, emblème du ski français et monument des sports d’hiver !

2. Le chalet du skieur voit le jour à Megève

Henry Jacques Le Même (1897-1997), installé à Megève à partir de 1925, se présente comme une figure majeure de l’architecture du XXe siècle en France : notamment grâce au « chalet du skieur », une réalisation innovante dans l’architecture de villégiature des Alpes françaises. C’est la baronne Noémie de Rothschild, qui va commander au jeune architecte « une ferme de pays » pour lieu de résidence lors de ses séjours à Megève.

C’est pour répondre à cette demande qu’il conçoit le fameux « chalet du skieur », entre culture locale et modernité : matériaux simples et robustes, espaces rationnels et pratiques, aménagement intérieur élégant et confortable. Aujourd’hui les souvenirs laissés des chalets Henry Jacques Le Même sont plus que nombreux… Chalets conservés à l’identique pour certains, restaurés pour d’autres tout en prêtant une attention particulière à conserver le style de l’architecte, empreintes stylistiques pour certains hôtels avec un mobilier chiné minutieusement, Megève est l’incarnation de ce grand architecte. Fort et fier de ce constat, Antoine Pioger a souhaité créer une association destinée à valoriser, promouvoir et préserver l’héritage architectural exceptionnel laissé à Megève. Visites guidées des chalets individuels et logements collectifs, événements culturels, débats, conférences, expositions animeront les membres de cette toute nouvelle association !

3. Megève, pionnière du tourisme en montagne

En 1901 est construit l’un des premiers hôtels de Megève, le Grand Hôtel du Soleil d’Or. Il est le premier à bénéficier de l’accès à l’eau et à l’électricité. En 1913, la journaliste Mathilde Maige-Lefournier publie un article dithyrambique sur Megève et lance la première saison touristique. Dans les années 20, la Baronne Noémie de Rothschild, révèle la vocation touristique de Megève, qui devient rapidement le rendez-vous privilégié de l’aristocratie, ainsi que du monde des finances et des affaires. En 1949, l’Hôtel du Mont Blanc est repris et modernisé par Georges Boisson. Bientôt équipé d’un sauna, d’une salle de massage et de musculation, d’une agence de voyage et d’un bar baptisé, Les Enfants terribles, l’établissement devient dans les années 50 le centre de l’animation de la station. Cocteau le qualifiera de « 21e arrondissement de Paris ». Françoise Sagan et Gérard Philipe en feront un lieu de rendez-vous incontournable. En 1973, est inaugurée la liaison aérienne Paris-Megève et avec elle, l’opportunité de voyager plus rapidement. Aujourd’hui, la destination compte plus d’une trentaine d’hôtels et plus d’une centaine de restaurants, un sens de l’hospitalité et du savoir-faire écrit dans l’histoire des lieux.

4. Megève, berceau du fuseau

Dès la fin des années 30, Megève attire « tout le gratin » de la haute société française et acquiert une immense notoriété, exacerbée par des personnalités locales comme Émile Allais, le seul athlète à refuser de faire le salut devant Hitler aux JO de Berlin en 1936. Il réalise un triplé aux Championnats du monde de ski alpin à Chamonix en 1937, muni d’un pantalon révolutionnaire, créé pour la pratique du ski par la maison mègevanne, AAllard : le fuseau. En 1950, le tissu élastique fait son apparition et le fuseau connait une évolution, les moniteurs de ski mègevans sont les premiers testeurs. Dans les années 70, le fuseau fait sa grande entrée sur les podiums des défilés de haute-couture, avant de se décliner dans le prête à porter.

Aujourd’hui encore, la 3e génération de la famille Allard perpétue le savoir-faire propre à la marque, au cœur du village de Megève.

5. Le chemin du Calvaire, « Jérusalem savoisienne »

Entre le cœur du chef-lieu et le plateau du Mont d’Arbois, s’élève un des seuls Monts Sacrés que compte notre pays. Aménagé entre 1840 et 1878, le Calvaire de Megève est avant tout l’œuvre du Père Ambroise Martin (1791 – 1863), curée de Megève de 1820 à sa mort. Le Calvaire est formé de 15 chapelles et oratoires, placés sur le Chemin de croix, menant au Golgotha de Jérusalem.

Les différents édifices, accueillent une cinquantaine de statues en bois peint, généralement grandeur nature et complétées par des fresques et trompe-l’œil. Fut un temps, il constituait un lieu de pèlerinage si important qu’on le surnommait la « Jérusalem savoisienne ». Aujourd’hui inscrit au titre des Monuments historiques, le chemin du Calvaire représente une promenade culturelle très riche dans un environnement naturelle offrant une vue panoramique sur le village et les montagnes alentours.

Notre conseil : un spot idéal pour admirer un coucher de soleil.

Pour aller plus loin et se laisser guider dans les pas de l’histoire, visites guidées du lieu proposées par la Guide du Patrimoine Savoie Mont-Blanc, Sophie Blanchin – sur demande et réservations l’été – à partir de 10 €

Le Calvaire
www.megeve-tourisme.fr/

SOURCE : InfoTravel