Skip to main content

MARSEILLE : Un modèle du restaurant de demain, à découvri…

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
3 Jan 2024

Partager :

MARSEILLE : Un modèle du restaurant de demain, à découvrir en avant-première !

En France, les 170 000 restaurants ne proposent que 1 % de bio à leur carte. 

Face à ce constat, l’Agence BIO souhaite mobiliser les chefs, restaurateurs et professionnels du secteur à travers une campagne dédiée « Cuisinons Plus Bio » pour que tous deviennent acteurs de la transition agroécologique en faisant la part belle au bio dans leurs menus.

Comment font-elles ? 

Laure VERDEAU, Directrice de l’Agence BIO, présente un nouveau modèle de restauration engagée, en compagnie de l’un des chefs ambassadeurs de la campagne, Sébastien RICHARD, du restaurant solidaire « Le République » à Marseille.
Le restaurant d’insertion « Le République » est porté par l’association « La Petite Lili », qui promeut une vision d’innovation sociale et se consacre à réinventer le secteur de la restauration en prenant en compte les défis actuels tels que l’emploi, les conditions de travail, l’alimentation, ainsi que l’impact local et environnemental.

Manger au restaurant « Le République », c’est aider à créer des emplois, permettre à tout le monde de profiter d’un vrai moment à table mais surtout, c’est avoir l’envie de goûts, de partage et d’universalité.

RESTAURANT « LE RÉPUBLIQUE»
1 PLACE SADI-CARNOT
13 002 MARSEILLE

À propos de l’Agence BIO

Créée en novembre 2001 et dotée d’une mission d’intérêt général, l’Agence BIO est un groupement d’intérêt public en charge du développement, de la promotion et de la structuration de l’agriculture biologique française. 
Elle rassemble au sein de son conseil d’administration des représentants des Pouvoirs Publics – le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire et le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires – et des professionnels (FNAB, Chambres d’agriculture France, Synabio, Coopération Agricole, FCD, Synadis Bio et Interbio).
Ses missions principales : Communiquer et informer sur l’agriculture biologique et ses vertus environnementales, produire, analyser et partager les chiffres du bio avec l’Observatoire National. « Être une instance » de dialogue entre l’amont agricole et l’aval industriel, entre les bios historiques et les plus récents. Investir le Fonds Avenir Bio de 13 millions d’euros sur les projets collectifs d’entrepreneurs du bio les plus structurants et les plus pérennes pour les filières bio françaises.