Skip to main content

MARSEILLE : Pagnol en 3 dates clés

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

MARSEILLE : Pagnol en 3 dates clés

Marcel Pagnol a marqué son époque de manière indélébile.

Dramaturge, romancier, cinéaste, producteur, il a déclamé sous toutes les formes l’amour qu’il porte à sa Provence natale et a grandement contribué à forger l’identité du sud. A l’occasion du 50e anniversaire de sa mort, replongeons dans son histoire, avant de découvrir les célébrations qui rythmeront la programmation « une année, un auteur ».

Né à Aubagne le 28 février 1895, Marcel Pagnol fait de brillantes études qui le mènent à une carrière de professeur. Mais entre deux salles de classe, il imagine d’autres décors, couchant sur le papier ses premières pièces de théâtre. Si aujourd’hui ses œuvres font partie de la culture commune, attardons-nous sur quelques évènements qui ont jalonné le parcours de ce grand curieux. Un homme pour qui tous les moyens d’expressions étaient bons, tant qu’ils lui permettaient de raconter des personnages aux prises avec leur destin.

1927 : avec Topaze, sa carrière dans le théâtre est lancée

En 1927, cela fait déjà plusieurs années que Marcel Pagnol travaille sur une nouvelle pièce de théâtre. Topaze, c’est l’histoire d’un maître d’école aussi droit que naïf qui, au fil des 4 actes, se transforme en un redoutable homme d’affaires. Son script sous le bras, Marcel Pagnol tape à la porte des théâtres parisiens, qui lui opposent une fin de non-recevoir. C’est donc à Berlin que la pièce sera traduite et montée. Le succès est immédiat. Finalement arrivée à Paris, elle fait un triomphe. En 3 ans, elle sera jouée plus de 3 000 fois, en France, en Belgique, en Suisse, mais aussi en Hollande, à New-York et jusqu’en Amérique du sud. En 1930, 75 versions de la pièce circulent à l’étranger.

1929 : la découverte des films parlants

En cette année 1929, Marcel Pagnol fait à Londres une découverte qui va le bouleverser : sur les écrans, Broadway Melody est le premier long-métrage entièrement sonore. Immédiatement, il pense adapter sa pièce Marius, qui connait déjà le succès à Paris, avec Raimu dans le rôle de César. Marius deviendra le premier film à succès du cinéma parlant français. Avec la trilogie marseillaise, l’hexagone plonge dans une création aux formes nouvelles, s’imagine au comptoir du bar de la marine et se passionne pour ces personnages hauts en couleur. Le reste du monde ne tarde pas à tomber amoureux de l’œuvre pagnolesque. Au Japon, Marius a fait l’objet de 3 remakes ! Encore aujourd’hui, ces films tournés à partir de 1931 à l’ombre du pont Transbordeur n’ont pas pris une ride.

1942 : la culture des œillets au domaine de La Gaude

En 1942, Pagnol est repéré par Alfred Greven, le directeur de la firme allemande Continental, qui s’obstine à le faire travailler pour lui. Pour y échapper, l’auteur prend une décision radicale, en vendant ses studios et sa maison de production pour aller se mettre au vert dans les Alpes-Maritimes. Il tombe amoureux d’un mas provençal du XVIIIe siècle et se met en tête de le transformer en exploitation horticole : il veut se lancer dans la culture intensive des œillets. Pour les arroser, il se met à chercher frénétiquement des sources d’eau et creuse des trous partout sur le domaine. La nouvelle de cette reconversion parvient à Raimu, qui considère que « Si Marcel devient fleuriste, moi, je n’ai plus qu’à aller vendre des rascasses ! ». Si l’aventure horticole de Marcel Pagnol n’avait pas porté ses fruits, elle aurait incontestablement nourri son ultime chef d’œuvre, L’eau des collines. 

En région Sud, hommage à Marcel Pagnol jusqu’en 2026 !

La Région Sud a décidé, par le dispositif « Une année, un auteur », de célébrer chaque année l’un de ces écrivains dont l’empreinte est gravée sur le territoire régional. En collaboration avec la Fondation Marcel Pagnol, cet hommage prendra la forme d’une convention triennale et permettra de vivre des temps forts jusqu’en 2026 :

  • En 2024, année des commémorations du 50ème anniversaire de sa mort,
  • En 2025, année du 130ème anniversaire de sa naissance,
  • En 2026, année de l’ouverture du Musée Marcel Pagnol, à Allauch.

La Région s’engage également à accompagner la transmission de l’œuvre de Marcel Pagnol auprès du public dans le cadre d’une démarche à long terme, par le soutien à :

  • La restauration de l’Oliveraie de la Bastide Neuve aux Bellons, site emblématique de l’enfance de Marcel Pagnol, décrite et célébrée dans ses œuvres ;
  • La poursuite de la restauration de films dont 12 sur 22 ont été restaurés à ce jour ;
  • La construction du Musée Marcel Pagnol à Allauch, en collaboration avec l’association et la Commune. Un Musée consacré à son œuvre, sa vie et à son talent qui dépasse les frontières.

SOURCE : Région Sud.