Skip to main content

MARSEILLE : Assises régionales de l’hydrogène

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
12 Déc 2023

Partager :

MARSEILLE : Assises régionales de l’hydrogène

Ce mardi 12 décembre, Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président délégué de Régions de France, a accueilli les Assises régionales de l’hydrogène, à l’Hôtel de Région, aux côtés notamment de Didier MAMIS, Secrétaire général pour les affaires régionales, Pierre LOAEC, Chef de la représentation régionale de la Commission européenne à Marseille, et Natalia MAS GUIX, ministre de l’économie et des finances de la Généralité de Catalogne.

A cette occasion, le Président Renaud MUSELIER a rappelé les enjeux du 1er plan régional hydrogène adopté le 17 décembre 2020. En 2023 ce sont 2,5 millions d’€ de financement pour la filière hydrogène. Depuis l’adoption du plan en 2020, ce sont ainsi 6 millions d’€ qui ont été mobilisés par la Région pour la filière.

« Considéré par de nombreux spécialistes comme le carburant du futur, l’hydrogène est aujourd’hui au cœur des enjeux énergétiques de notre territoire, et plus largement, de la macrorégion méditerranéenne. Concrètement, nous avons déjà investi 6 millions d’€ depuis 2020 pour mettre en œuvre une politique axée sur la décarbonation de l’industrie et de la mobilité, grâce au développement de cette filière d’avenir. Aujourd’hui, notre Région Sud dispose d’un tissu économique et industriel exceptionnel qui lui permet d’avoir une longueur d’avance par rapport aux autres régions, pour devenir une référence européenne en la matière ! » Renaud MUSELIER Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président délégué de Régions de France

Le plan régional hydrogène 

Dès le 17 décembre 2020, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a affirmé son soutien à la filière hydrogène en adoptant son Plan régional hydrogène qui met en perspective les priorités à donner pour développer la filière sur le territoire avec un enjeu de décarbonation et de création d’emplois avec des objectifs chiffrés. 

Ce plan a fixé les priorités suivantes :

  • La décarbonation de la mobilité en priorisant les flottes terrestres lourdes maritimes et fluviales, ainsi que les applications portuaires
  • La décarbonation de l’industrie en ciblant le marché hydrogène déjà existant et de nouvelles applications
  • La production de l’hydrogène renouvelable et bas-carbone en favorisant la production d’hydrogène à partir d’énergie renouvelable 
  • La structuration d’une filière créatrice d’activités et d’emplois en accompagnant les projets structurants, en développant l’attractivité du territoire et en soutenant les entreprises. 

La Région Sud aux côtés des projets structurants avec plus de 6 millions d’€ mobilisés 

La Région Sud dispose d’un tissu économique et industriel exceptionnel qui lui permet d’avoir une longueur d’avance sur les autres régions : Plus de 100 acteurs de la Région sont directement impliqués sur le thème de l’hydrogène et nous référençons plus de 20 projets structurants sur le territoire. 

  • La Région Sud a engagé plus de 2,5 millions d’€ de financement pour la filière en 2023 
  • Depuis l’adoption du Plan en décembre 2020, 6 millions d’€ ont été mobilisés par la Région

L’Europe, un soutien essentiel

Plusieurs projets figurant sur le territoire régional ont été sélectionnés par la Commission européenne :

 – Le projet Hy-Fen (GRT Gaz) : développement d’une canalisation entre Fos-sur-Mer et le nord de la France (région Auvergne-Rhône-Alpes et région Grand Est)

 – Le projet GéoH2 (Géométhane) : développement d’hydrogène en cavité saline à Manosque (dans lequel on retrouve Hynframed (GRT Gaz) : développement d’une canalisation à Fossur-Mer et entre Fos-sur-Mer et Manosque (cavités salines de stockage) 

– Particulièrement, le projet BarMar qui permettra le développement d’une canalisation pour transporter l’hydrogène entre Barcelone et Fos-sur-Mer. Ce projet pourra acheminer chaque année 2 millions de tonnes d’hydrogène vers la France, soit 10% de sbesoins estimés en hydrogène de l’UE. Ce projet place la Région Sud dans une position centrale et stratégique.