Skip to main content

MARSEILLE : 108 communes du Sud Est reconnues en état de …

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

MARSEILLE : 108 communes du Sud Est reconnues en état de catastrophe naturelle

Alors que l’état de catastrophe naturelle a été reconnu le 2 juillet dernier, dans 43 communes du Vaucluse et 65 communes dans le Var, HomeServe spécialiste des réparations et de la performance énergétique de la maison, a interrogé les propriétaires de maison ainsi que les professionnels de son réseau sur ces impacts et lève le voile sur la face cachée des changements climatiques sur les logements.

Sud Est : 6 habitants sur 10 ont déjà constaté des dégâts liés à la sécheresse sur leur logement.

La sécheresse est une menace grandissante pour les habitants du Sud Est mais encore trop peu conscientisés pour certain : 42% d’entre eux sont conscients de l’impact des évolutions climatiques sur leur logement.

  • Pour 72% d’entre eux, la sécheresse est le facteur numéro un d’inquiétude. Ils sont même 69% conscients que ce changement climatique peut avoir des impacts sur leurs canalisations. Pourtant, ils sont plus d’un sur deux (53%) à avouer ne pas vouloir s’en préoccuper pour l’instant.
  • Six habitants sur dix (63%) ont déjà constaté des dégâts sur leur habitation principale. Parmi eux, 49% ont remarqué des fissures sur la face de leur logement ou un affaissement de la maison, et 48% une fragilisation des équipements extérieurs.
  • Face à ces risques sur leur habitation, 61% des habitants pourraient envisager de quitter leur logement si cela devenait nécessaire, tandis que 57% songent même à quitter la région.

Évolutions climatiques et habitat : les conséquences de la sécheresse sur les logements, une source d’inquiétude pour plus de 6 propriétaires sur 10

● 6 répondants sur 10 ont déjà constaté des dégâts liés à la sécheresse sur leur logement (fissures, canalisations…).
● Plus d’un propriétaire de maison sur deux se dit prêt à changer de région pour déménager dans une zone moins exposée aux dérèglements climatiques.
● 1 professionnel sur 3 déclare que son activité en plomberie ou en électricité est impactée par le dérèglement climatique.

Une étude exclusive d’Opinion Way pour HomeServe

Alors que le régime des catastrophes naturelles pourrait être réformé dans les prochaines semaines par la commission des finances du Sénat devant la multiplication des événements climatiques, le logement fait partie des premières victimes de ce dérèglement. La sécheresse fait depuis plusieurs années des ravages sur les habitations. Si les fissures sont les dégâts identifiables, certaines conséquences demeurent invisibles et pourtant dévastatrices. A quelques semaines des fortes chaleurs, HomeServe, spécialiste des réparations et de la performance énergétique de la maison, a interrogé les propriétaires de maison ainsi que les professionnels de son réseau sur ces impacts, et lève le voile sur la face cachée des changements climatiques sur les logements.

1. La sécheresse, ennemi numéro 1 des propriétaires de maison !

Alors que les catastrophes climatiques malmènent régulièrement de nombreuses régions françaises, la prise de conscience de l’ensemble des impacts est encore loin d’être gagnée. Encore 60% de la population n’a pas encore conscience de l’ampleur des conséquences des évolutions climatiques sur leurs logements. Une prise de conscience plus marquée chez les jeunes propriétaires : ils sont 7 sur 10 à avoir compris les enjeux quand seulement 26% des plus âgés en ont conscience. (26% pour les plus de 65 ans).
Si le dérèglement climatique touche l’ensemble du territoire, l’étude révèle également que certaines régions se sentent plus concernées. Vivant dans une région très densément peuplée où les
catastrophes naturelles peuvent rapidement causer des dégâts très importants, les Franciliens sont les plus inquiets des dangers que représentent les évolutions climatiques pour leur logement (44%). Ils sont suivis par les propriétaires de maison dans la région Sud-Est (42%), plus exposés aux pics de chaleur.
En effet, parmi les événements climatiques qui sont venus fragiliser les logements des Français, c’est la sécheresse qui représente la plus grande source d’inquiétude des Français (64%) : 22% des
répondants se disent même très inquiets. Les inondations arrivent ensuite en seconde position, source de stress pour 49% des interrogés, suivies ensuite des conséquences du gel (38%). Sans
surprise, les sudistes sont les plus angoissés par ce sujet (67% des habitants de la région Sud Ouest se disent inquiets et 72% dans la région Sud-Est).
L’impact de la sécheresse sur les logements se confirme aussi auprès du réseau agréé des 4 000 professionnels HomeServe. 34 % affirment que l’alternance de périodes d’inondation et de
sécheresse a fait évoluer la typologie de leurs interventions en plomberie et en électricité chez les particuliers. 66% d’entre eux ont vu augmenter la fréquence des dépannages sur des
canalisations enterrées privatives et 14% sur des pannes électriques. En effet, le phénomène de retrait gonflement des sols argileux ainsi que les racines d’arbres qui cherchent à se nourrir en eau
entraînent des mouvements de terrain et des fuites sur les canalisations enterrées. Cela modifie la manière de travailler des professionnels (complexité, outils, rallongement du temps et du coût
d’intervention). 88% témoignent avoir dû revoir leur fonctionnement pour être en mesure de s’adapter à ces nouveaux enjeux.

2. Des dégâts invisibles pourtant dévastateurs

La conscience des Français semble gagner du terrain quant aux risques courus par leurs logements, ils sont presque 7 sur 10 (66%) à avoir pleinement conscience que la sécheresse peut endommager leur habitation, qu’il s’agisse de fissures ou encore de rupture des canalisations. Quant aux sceptiques, la sécheresse a pourtant bel et bien des effets considérables sur de nombreuses habitations.

En effet, 61% des propriétaires de maison ont constaté sur leur habitation au moins un dégât pouvant être lié à la sécheresse :

– 45% ont noté des fissures sur leur façade ou un affaissement de leur maison
– 34% des canalisations plus régulièrement bouchées
– 31% des fuites d’eau plus fréquentes
– 29% des pannes électriques sont dues au mouvement de la maison.
– 42% des propriétaires concernés rapportent également une fragilisation des équipements extérieurs (par exemple une piscine).

Ici encore, les jeunes propriétaires s’avèrent être particulièrement attentifs lorsqu’il s’agit de leur logement : ils sont 82% à avoir déjà constaté des dégâts sur leur habitation pouvant être liés à la
sécheresse, tandis que c’est seulement la moitié des plus de 65 ans.
Pourtant, parmi ces mêmes convaincus, ils sont nombreux à se sentir démunis sans savoir comment agir : en réaction, seulement 19% essayent d’anticiper le problème. Et à la course des solutions, ce sont les jeunes qui sont les plus impliqués (27%). A l’inverse, près d’une personne sur deux (47%) préfère opter pour l’ignorance et s’en occuper seulement en temps voulu… Plus extrême
encore, encore 4% des interrogés disent ne pas croire aux risques de la sécheresse sur leur logement.

3. Des propriétaires prêts à déménager ?

Si encore 3 Français sur 10 confessent ne pas être au courant des conséquences de la sécheresse sur leur logement, ils sont pourtant bien plus nombreux à envisager le déménagement en réponse
aux évolutions climatiques.
En effet, 6 propriétaires de maisons sur 10 pourraient se résoudre à quitter leur logement.
Parmi eux, 33% ne l’envisagent pas encore mais pourraient y songer si cela devient nécessaire, 18% l’envisagent mais avouent que ce serait un grand sacrifice pour eux, tandis qu’ils sont 8% prêts à
partir sans hésiter de leur logement si la sécheresse devient une menace trop importante.
Devant l’obligation de mobilité, les plus jeunes font preuve de moins d’hésitation à l’idée de déménager (77%) en raison des conséquences de la sécheresse. C’est même 1 sur 5 d’entre eux qui
pourrait déménager sans hésiter, contre 5% de leurs aînés, pour lesquels l’attache à leur maison fait barrière. Une tendance qui se confirme également chez les Franciliens, qui sont nettement plus
nombreux à déclarer qu’ils pourraient quitter leur logement si cela devenait nécessaire (71%), devant les habitants du Nord-Est (63%) et du Sud-Est (61%).
Quitte à changer de logement, plus d’un propriétaire de maison sur deux serait même prêt à changer de région pour déménager dans une zone moins exposée (54%). Tout comme pour le
logement, les moins de 35 ans (69%) ainsi que les Franciliens (66%) sont nettement plus nombreux à déclarer qu’ils pourraient quitter leur région si cela devenait nécessaire. Ils devancent à nouveau les habitants des régions de l’est : 57% qu’il s’agisse du Nord-Est ou du Sud-Est.
“Depuis plus de 20 ans, HomeServe s’emploie à fournir des solutions d’entretien et de réparation adaptées pour protéger le logement des français et réduire les pertes en eau, tout en continuant
d’innover chaque jour face aux changements climatiques. Conscient de notre rôle à jouer dans ces transformations, nous avons décidé de faire de la préservation des ressources en eau et en énergie
au sein du foyer le cœur de notre stratégie, dans la droite lignée de notre programme Empreinte 2030, afin de limiter l’impact du logement sur la planète.” Nicolas Mogenot, Directeur HomeServe
Assistance.

Méthodologie de l’étude OpinionWay :

Etude réalisée auprès d’un échantillon de 1179 propriétaires de maisons individuelles, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Les interviews ont été réalisées du 7 au 10 mai 2024 par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview).

Complément d’enquête professionnels

Enquête HomeServe réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 105 professionnels (plombier et électriciens) du réseau agréé répartis partout en France du 23 au 30 avril 2024 par un questionnaire administré par email.

A PROPOS DE HOMESERVE
Depuis plus de 20 ans, HomeServe déploie son énergie au service de l’amélioration durable de l’habitat. Avec nos 1 200 collaborateurs et près de 4 000 professionnels sur le terrain, l’entreprise simplifie les réparations et améliore la performance énergétique de la maison. HomeServe propose ainsi : des solutions pour simplifier l’entretien et les réparations, assurer le bon
fonctionnement de la maison, la durabilité des équipements et la préservation des ressources, accessibles par abonnement ou à la demande et des solutions pour améliorer le confort thermique et la performance énergétique de la maison (installations et entretien d’équipements de chauffage et de climatisation, rénovations énergétiques globales et installations d’équipements
d’auto consommation). Avec son programme RSE “Empreinte 2030”, HomeServe s’engage pour ses clients, ses femmes, ses hommes et les territoires. HomeServe France est la filiale française de HomeServe EMEA, détenue par le fonds d’investissement Canadien Brookfield.

Plus d’informations : www.homeserve.f