Skip to main content

LA SEYNE SUR MER : Philippe VAISSE : « Se dire les choses »

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
21 Mar 2024

Partager :

LA SEYNE SUR MER : Philippe VAISSE : « Se dire les choses »

Son premier roman, “L’arbre et la colline”, est paru en juillet dernier.

Le Seynois Philippe Vaïsse travaille pour le cinéma et la production audiovisuelle : il a été régisseur avant de devenir responsable des repérages pour des tournages qui se déroulent dans la région, il écrit et réalise des courts-métrages… Philippe Vaïsse nous raconte son parcours, son ancrage à la Seyne. Et ce qui l’a amené à l’écriture littéraire.

Bien que l’un des personnages principaux de “L’arbre et la colline” se prénomme Philippe, le récit n’est pas une autobiographie. L’auteur s’est néanmoins inspiré de son vécu pour écrire « une histoire à la fois assez personnelle et assez universelle ». Dans son premier roman, paru en juillet 2023*, Philippe Vaïsse, raconte ainsi « une histoire qui commence à La Seyne » : « Philippe n’a rien à perdre, il sait qu’il va mourir. Il va rencontrer Nabil qui a tout perdu, il est orphelin. Tous les deux ont le même désir, celui de se rendre en Algérie. Philippe veut y retourner parce qu’il a fait la guerre d’Algérie et qu’il veut apaiser ses vieux démons. Nabil, lui, veut découvrir ses racines car son père est d’origine algérienne. Ils vont faire route ensemble et une amitié naîtra entre ces deux personnages qui ont une façon de voir la vie très différente. »

« Je voulais mettre des mots dessus »

L’histoire personnelle de celui qui considère que « l’ancrage est important, qu’il faut savoir d’où l’on vient », commence aussi à La Seyne-sur-Mer. L’auteur de 46 ans, y est né, il y a effectué toute sa scolarité, jusqu’au lycée Beaussier. Et le sujet de “L’arbre et la colline, il l’a puisé dans son enfance : « Mon grand oncle s’appelait Philippe et mon père a décidé de m’appeler comme lui car il l’aimait beaucoup. Moi, il me faisait un peu peur quand j’étais petit car il était un peu marginal. Il avait fait la guerre d’Algérie mais on n’en parlait pas. Comme dans de nombreuses familles, c’était un sujet tabou. J’ai donc imaginé une histoire qui part bien d’un personnage réel, mais j’ai mixé un peu tout ça. Certaines choses se sont d’ailleurs avérées. J’avais aussi envie de parler de la période d’après : l’immigration algérienne. Le personnage de Nabil est inspiré d’enfants que j’ai croisés au collège. Il me paraissait intéressant de faire se rencontrer deux victimes. La guerre d’Algérie est un sujet extrêmement complexe et douloureux pour beaucoup de gens. Je voulais mettre des mots dessus. »

« C’est une fiction, je ne suis pas historien, souligne toutefois l’auteur. Je souhaite seulement encourager à libérer la parole, à se dire les choses. » La démarche a ainsi suscité l’intérêt de professeurs de lycée, poursuit-il. D’autant que “L’arbre et la colline” est porté par « une très bonne réception critique de la part de libraires ».

Une cinquantaine de films

Après une maîtrise en économie à Nice et à Aix-en-Provence, Philippe Vaïsse a « bifurqué » vers une licence en Arts du spectacle et du cinéma à Lyon. Il revient à La Seyne en 2003 pour créer avec des copains une Web TV culturelle, “Baboite”. « On en avait marre d’entendre dire qu’il ne se passait rien dans le Var, se rappelle-t-il. Si, il y a des choses : nous avons avons diffusé 156 reportages pendant 3 ans et demi ! »

Le Seynois réalise et écrit les scénarios de ses premiers courts métrages, “De passage” puis “Hors champ”, en 2008 et 2009 : « C’est comme ça que je suis rentré dans le milieu du cinéma. » Il exerce d’abord le métier de régisseur, qui consiste en l’organisation logistique des tournages : « C’est l’envers du décor », résume-t-il. À partir de 2016, il s’oriente vers le repérage et acquiert « une expertise de la région », en particulier du Var et des Bouches-du-Rhône. Il a notamment participé à la série “Tom et Lola” actuellement tournée actuellement à La Seyne. Philippe Vaïsse a ainsi déjà travaillé sur une cinquantaine de films. Parallèlement, il continue à écrire pour réaliser des courts-métrages.

Un deuxième roman en cours d’écriture

« Ça fait plus de 10 ans que j’écris, comptabilise-t-il. J’avais l’histoire de “L’arbre et la colline” en tête depuis un long moment. » Le Seynois n’a « pas envie de lâcher le repérage » pour autant : « J’aime ça et ça me donne de la matière pour l’écriture car je rentre un peu dans l’intimité des gens qui nous ouvrent leurs portes. » Philippe Vaïsse entend en effet ménager « de plus en plus de place » à l’écriture de romans, notamment pour « la liberté que la littérature procure par rapport à l’écriture cinématographique ». Et par bonheur, son statut d’intermittent lui permet de dégager du temps pour s’y adonner. Et pour faire de la photo, une autre passion qu’il garde pour l’heure confidentielle.

Un deuxième roman est d’ailleurs en cours : « J’applique le même précepte : il faut parler des choses qui font mal parce que ça fait du bien ». Cette fois-ci « ce sera assez autobiographique », annonce le Seynois, quand bien même une partie de l’histoire se déroulera en… Islande. Un pays où il s’est déjà rendu trois fois, dont un mois en résidence d’écriture. « C’est un endroit qui m’a vraiment chamboulé, confie-t-il. C’est absolument dépaysant pour quelqu’un qui vient du Sud de la France, mais il y a un lien qui s’est créé. »

*”L’arbre et la colline” est paru en juillet 2023 – Éditions Les Presses du midi – 94 pages – 16 euros. Disponible en librairies, notamment Charlemagne (27 quai Gabriel-Péri) et M’as-tu-lu (11 avenue Hugues-Cléry), à La Seyne-sur-Mer
À retrouver sur Instagram : larbreetlacolline

À noter : Philippe Vaïsse sera présent au Festival Lire au Pradet, organisé par l’association Lire au Pradet et la librairie Mille Paresses, samedi 23 et dimanche 24 mars prochains à l’Espace des arts. “L’arbre et la colline” fera l’objet d’une par Les Ateliers de l’Étreinte

Une rencontre-dédicaces est également programmée samedi 18 mai prochain, dans le cadre d’un café-lecture à la médiathèque Andrée-Chedid (où l’ouvrage est disponible à l’emprunt)

SOURCE : Mairie La Seyne-sur-Mer – Newsletter 20 mars 2024