Skip to main content

LA FARLEDE : « Agir contre l’inceste »

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
16 Avr 2024

Partager :

LA FARLEDE : « Agir contre l’inceste »

La Municipalité et l’association « Face à l’inceste » s’unissent pour lutter contre le fléau de l’inceste.

La Municipalité organise la table ronde « Comment agir contre l’inceste ? », en partenariat avec l’association Face à l’inceste. Cette dernière animera cette rencontre qui réunit les acteurs de l’enfance et de la petite enfance, les professionnels de santé, de l’éducation, du social, de la sécurité, ainsi que des institutionnels et des élus locaux. Avec la participation de Aude Doumenge, chargée de plaidoyer et communication de Face à l’inceste ainsi que de Randal Do, responsable de l’antenne des Bouches-du-Rhône et de Vanessa Lando, farlédoise bénévole de l’association. L’objectif de cette rencontre est de sensibiliser sur l’inceste et les violences sexuelles intrafamiliales afin de lever les tabous et susciter une prise de conscience collective. Une initiative qui pourrait impulser une dynamique afin d’aller plus loin pour prévenir, détecter et protéger les victimes d’inceste. Lors de cette table ronde, l’association Face à l’inceste, qui se bat depuis plus de 20 ans pour faire évoluer la loi et protéger les victimes, apportera son expertise et ses outils.

L’inceste est un crime qui touche 1 enfant sur 10, environ 11% de la population française. Il a des conséquences dramatiques sur la santé physique, psychique et sociale des victimes, qui souffrent souvent en silence. Face à ce constat alarmant, la Municipalité a décidé de soutenir cette cause en initiant cette table ronde. Une première mobilisation pouvant servir de point de départ d’un plan d’actions plus large.

Face à l’Inceste, anciennement AIVI est créée en 2000 par Isabelle Aubry, survivante d’inceste.
32 ans, Marie sort du déni et décide de porter plainte contre les agressions de son grand-père, mais la prescription étant dépassée, la société décide qu’il ne peut plus être poursuivi pour ses crimes. La prescription ou « le passeport pour le viol d’enfants » protège les agresseurs au détriment des enfants. C’est l’inverse de la prévention. Il nous faut changer cela et nous allions y consacrer toutes nos forces. Face à l’Inceste, s’est aussi battu pour que le crime de l’inceste soit inscrit au sein du Code Pénal. Combat que nous avons mené avec succès puisque l’inceste est depuis 2016 introduit dans le Code pénal.
Face à l’Inceste naît pour protéger les enfants d’un crime et d’un fléau de santé publique : l’inceste et le silence qui l’entoure.

En France, la justice questionne l’enfant sur son consentement à l’inceste. Isabelle Aubry l’a vécu lors du procès de son père. Si le consentement est retenu, l’incesteur peut ne pas être condamné ou alors pour une peine moindre. Insupportable procédure que conteste Face à l’Inceste depuis sa création.

Chiffres clés :

1 Français sur 10 victime d’inceste

2 Français sur 5 connaissent une victime d’inceste

Dans 3 cas sur 5 la parole de la victime est minimisée

Les frères et les cousins représentent 33 % des auteurs d‘agressions sexuelles

Au total 11 % des Français déclarent avoir été victimes d’inceste, soit : 7,4 millions de personnes. 65 % de femmes et 35 % d’hommes.

Pour 76 % des victimes l’inceste était connu par un ou plusieurs membres de la famille. Dans près de 3 cas sur 5, la parole de la victime a été minimisée.