Skip to main content

HYERES : Rencontre inattendue avec Frédérique Le TEURNIER

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

HYERES : Rencontre inattendue avec Frédérique Le TEURNIER

Il y a des rencontres qui vous paraissent familières et qui laissent une trace dans votre vie.

« Rendez-vous au point zéro », aux éditions Récamier, est le premier roman de Frédérique Le Teurnier, rencontrée au dernier salon du livre de Hyères.

Parlez-nous un peu de vous ?

Frédérique Le TEURNIER. J’ai débuté ma carrière en tant que comédienne. J’ai créé ma compagnie de théâtre à Paris en 2007. Quelque temps après, je me suis tournée vers la radio pour animer des petites chroniques « version théâtre », sur France Bleue Normandie puis France Bleue nationale en collaboration avec un journaliste. Aujourd’hui, installée à Montpellier, je travaille à France Bleue Hérault.

Votre livre se déroule à La Grande Motte. Pourquoi ?

FLT. Il existe des lieux qui nous interpellent, qui nous appellent et nous rappellent.  Pour ma part, je l’ai vécu avec La Grande Motte. C’est une ville très clivante. On adore ou on déteste. Pour moi, ce fût un coup de foudre. Ma mère nous y avait emmenés quand j’avais 8 ans. Mon compagnon, originaire de l’Hérault, a redécouvert cette région avec moi, région que je voulais revoir et en particulier La Grande Motte. J’avais un roman dans la tête et La Grande Motte est le point de départ de ce roman.

Que vous a transmis votre maman, Françoise Bourdin ?

FLT. L’amour de la lecture… Enfant, j’avais accès à tout et plus particulièrement à une bibliothèque. Je pouvais lire ce que je voulais quand je voulais. Elle m’a communiqué ce goût pour la lecture et l’écriture. Ma mère était humainement formidable et elle était un écrivain formidable.

Un bel hommage et un clin d’œil à la vie

FLT. Ma maman a pu lire le début de mon manuscrit et elle m’a encouragée à continuer. Au moment de son décès, j’étais à la moitié de l’écriture du roman. Je me suis fait le devoir de le terminer. J’y ai trouvé beaucoup de plaisir et je suis certaine qu’elle aurait été contente de le lire et de le voir achevé.

Comment écrivez-vous un livre ?

FLT. J’ai un squelette pour les grandes lignes. Parfois, je me fais surprendre par mes personnages. Je prends beaucoup de notes en écrivant, qui me servent à coucher sur le papier ce que j’ai dans ma tête. Avant de rédiger à l’ordinateur les dialogues et le texte, je note des morceaux de phrases sur un carnet. Je ne peux pas écrire sans papier ni stylo.

Quand l’écriture du roman a-t-elle débutée ?

FLT. L’écriture a commencé en 2022. J’ai mis 9 mois pour l’écrire, c’est assez drôle car, c’est comme un bébé, c’est une gestation. Le livre est sorti en octobre 2023.

Quelques mots de l’histoire ?

FLT. Trois périodes cohabitent dans le livre : 1999-2009-2019. Je souhaitais que l’histoire débute au virage de la vie. Mon héros dans le livre a 17 ans en 1999, on le retrouve en 2009 à 27 ans, puis en 2010, il a 37 ans. L’histoire décrit des rendez-vous manqués. Ce sont des questionnements : Pourquoi on revient à un endroit alors que l’on a fait son chemin ? Qu’est-ce qu’on a laissé derrière soi ? Que reste-t-il de nos 17 ans ?

Et, ce choix du prénom du héros ?

FLT. Mon héros se nomme Cyril. Ce dont je ne me souvenais pas c’est que le héros du livre « De vagues herbes jaunes » écrit par ma maman, quand elle avait une vingtaine d’années, s’appelait également Cyril. C’est un magnifique clin d’œil…

Tous les héros portent des prénoms de l’époque de gamins de 17 ans en 1999.

Pourquoi les éditions Récamier ?

FLT. Les éditions Récamier sont un choix de cœur et de raison. Vous pouvez découvrir une bande sons à la fin du livre qui correspond aux différentes époques évoquées dans le livre. La lecture du livre peut se faire avec les 3 périodes musicales. Mon héros est un graffeur, 3 dessins sont présents dans le livre, ils ont été réalisés par mon compagnon. C’est un livre complet entre la musique, les dessins et l’histoire.

Avec un changement d’horizon ?

FLT. J’ai quitté Paris car j’ai eu un coup de foudre pour le Sud. Après quelques passages difficiles dans ma vie, le décès de ma mère, un revirement professionnel, je me suis dit que c’était le moment : Les grandes décisions de la vie peuvent se prendre en 15 jours. Alors, prêts à plonger au cœur de cette histoire qui s’étend sur 3 décennies, le tout rythmé par des musiques pop et rock ?

Propos recueillis par Laurette PARAY. 

A NOTER…

Vous pouvez retrouver Frédérique Le Teurnier sur les réseaux sociaux Instagram et Facebook.