Skip to main content

HYERES : Max BAUER : « M. le président, comme un frelon, …

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

HYERES : Max BAUER : « M. le président, comme un frelon, vous avez décidé de perturber la ruche politique » !

Point de vue. Pour vous avoir rencontré à plusieurs reprises, j’ai eu le sentiment, à travers nos échanges, d’un homme intelligent, réaliste et passionné.

On dit de vous que par votre manque d’empathie, vous êtes rationnel sans compromis ou sans consensus. Avec une énergie débordante, toujours dans l’action, vous n’aimez pas la routine. Effectivement, quelques minutes après les premières estimations, vous avez pris la parole de façon solennelle. Vous donniez l’impression d’être animé d’un désir d’aller de l’avant en voulant impacter l’histoire. Attention, aux initiatives audacieuses au risque de ne pas les maîtriser. J’espère que vous avez mesuré toutes les conséquences. Et surtout, que vous n’avez pas d’arrière-pensées, car la situation de la France, tant économique que sociale, ne permet pas un esprit mal tourné voire machiavélique. Vous avez pu sortir de la crise des gilets jaunes. Enfin, cela reste à voir ! Mais il existe d’autres motifs d’inquiétudes tels que la situation des quartiers dits sensibles, celle de nos agriculteurs qui attendent toujours des réponses à un grand nombre de questions pour un avenir meilleur et apaisé avec des prix rémunérateurs de leurs productions.

Que penser de la dissolution de l’Assemblée nationale juste avant les JO. Une partie de la presse de l’UE s’interroge sur le bien-fondé de cette initiative. C’est extrêmement troublant car, incontestablement, le changement de ministres et des équipes peuvent désorganiser la sécurité des Jeux Olympiques et sûrement poser un certain nombre de problèmes. Les journées de vote des 30 juin et 7 juillet sont des charges et des contraintes supplémentaires pour nos forces de l’ordre (sécurisation des bureaux de vote, bon ordre public, manifestations et dégradations). Sollicités depuis des années, policiers et gendarmes n’en peuvent plus !

M. le président vous pensez que le Rassemblement National n’est pas prêt à gouverner dans le cadre d’une cohabitation. Certains observateurs le pensent aussi. Avec 89 députés et d’autres qui vont les rejoindre, le RN a la capacité de gouverner. Vous faites un pari risqué et dangereux dans une France fortement fracturée et dans une Assemblée nationale sans majorité.

Plus que jamais le RN va peser dans les débats et pourra faire des propositions de loi sur la sécurité, l’immigration, la ruralité, les problématiques agricoles. Vous pensez couper la route au RN pour la prochaine présidentielle. Avec la stratégie de la manipulation et du chaos, ce n’est pas respecter la démocratie.

En tant que syndicaliste bénévole de la CR depuis 21 ans, je constate un mal-être agricole, de plus en plus prégnant, avec des conséquences dramatiques pour nos exploitations et avec des hommes et des femmes qui peuvent aller jusqu’à des actions irréversibles. J’espère que certains dans l’administration et chez les hauts fonctionnaires seront suffisamment intelligents pour ne pas entraver le déroulement de leurs missions par idéologie.

Lors d’un incendie de forêt, la reine dans la ruche est préservée par des abeilles qui se sacrifient. Et, le frelon ne résiste pas à la chaleur car il est isolé. Trois ans après, la nature renaît de ses cendres, la biodiversité est de retour et la ruche se porte mieux.

Max Bauer, président de la Coordination Rurale du Var et de PACA.