Skip to main content

DRAGUIGNAN : Relocalisation de l’école maternelle J…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

DRAGUIGNAN : Relocalisation de l’école maternelle Jean Jaurès

Le bâtiment de l’école maternelle Jean Jaurès est fermé depuis le 18 mars 2024.

Après des études géotechniques et de la charpente, le diagnostic d’un ingénieur structure conclut que le bâtiment est impropre à sa destination. Cela est dû aux mouvements du sol argileux, en raison d’une alternance entre des périodes de sécheresse et d’intempéries. La norme de construction de l’époque n’avait pas intégré les problématiques actuelles. Une solution d’école relais sur le parc jouxtant l’ancienne gare est prévue pour la rentrée scolaire de septembre 2024, au plus tôt, ou à la rentrée des vacances d’automne au plus tard.

Cet accueil est prévu pour entre 2 et 4 ans pour un montant estimé à 1 000 000€ TTC.

Des rapports géotechniques et de charpente 

L’étude géotechnique démontre des problèmes de tassements dus à la nature des sols de type argileux très fortement sensible à la variation hygrométrique mais aussi à la circulation d’eau qui lessivent les sols, fuites des réseaux et d’un mauvais captage des eaux pluviales. Les fondations, construites sur un réseau de plots-longrines avec des encastrements différents par rapport au sol naturel, ne sont pas adaptées au type de sol identifié.
L’étude de la charpente en bois révèle de nombreuses déformations hors tolérances et un défaut de fixation sur les appuis de la structure bois.
L’ouvrage est sous-dimensionné et non conforme aux règles et aux normes de construction pour les charpentes bois et couverture. Du fait des instabilités des déplacements horizontaux observés, la
structure bois est dangereuse dans l’état pour les personnes et présent un risque réel d’effondrement à terme. Ce risque est encore accru par les désordres, la fragilisation des murs et les
inclinaisons de l’infrastructure.

La conclusion de l’ingénieur structure

« Au vue des constatations visuelles réalisées et des investigations complémentaires effectuées, nous pouvons classifier le bâtiment en un niveau de dangerosité élevé d’effondrement et à la sécurité aux personnes. Le bâtiment ne peut rester dans l’état et est impropre à son utilisation. De plus, l’école est située en zone de sismicité 3 et en catégorie d’importance 3, en situation sismique, la charpente ne remplirait pas son rôle de diaphragme rigide en tête de structure et les voiles abimés ne seraient pas assez résistant. En résumé, la structure ne répondrait pas au critère de non effondrement en situation sismique. Au vue des travaux lourds à effectuer qui interviennent sur l’ensemble de la structure (Fondations, planchers, voiles, toiture, second œuvres, aménagement extérieur), cela reviendrait à reconstruire à neuf. Nous pensons qu’il est plus judicieux de démolir et de reconstruire afin de repartir avec une structure saine et conforme aux règles de construction en vigueur. Nous préconisons de repartir avec des fondations spéciales type micropieux avec longrines, ou sur des fondations filantes classiques sur renforcement de sol type inclusion classique ».

Extrait du rapport du Bureau d’ingénierie méditerranée signé par Nenad Stancic, ingénieur structure.

Un site adapté

L’école relais sera constituée de 40 bungalows sur le parc jouxtant l’ancienne gare et accueillera 5 classes. La 6e classe sera relocalisée dans l’école élémentaire Jean Jaurès pour les temps d’enseignement. Les temps communs (récréation, motricité, périscolaire…) auront lieu dans l’école relais.

Un accueil de qualité

La construction de l’école relais a été pensée pour répondre à toutes les normes réglementaires et offrir un accueil de qualité supérieure à l’ancien bâtiment. La cour de récréation est plus grande, arborée, et les salles de classes seront équipées d’une climatisation réversible. Le parc sera définitivement fermé au public extérieur à l’école et clôturé pour garantir la sécurité des élèves.

Une étude de faisabilité est en cours 

pour accéder aux images de vidéoprotection afin d’avoir un accès visuel aux entrées et sorties de l’école. En outre, les fratries restent regroupées sur un site unique. Aucun changement n’est donc à prévoir pour les parents.